Tintin et les Bananes Bleues


Pour commencer, vous aurez remarqué qu’au Japon, le sol est penché à 90°. Ce qui demande un petit temps d’adaptation.
D’autre part, on y trouve des concepts aussi puissants que la Banane Bleue.

La Banane Bleue (avec deux majuscules) a beaucoup de cordes à son arc :
– Elle est bleue.
– Elle est au chocolat.
– Il y a des trucs sucrés de toutes les couleurs dessus (j’appelle ça des vermisucres, miam).
– Elle est bleue.

Trouvée sur un stand près du parc de Ueno (là où beaucoup de japonais, que nous appellerons aujourd’hui Mitsuhirato, vont pique-niquer pour fêter la floraison des cerisiers), la Banane Bleue se déplace en troupeau, croisant même parfois le chemin d’autres gourmandises telles que la sucette Hello Kitty, le chewing gum Pokémon, ou bien sa rivale de toujours la Banane Rose (tous ces produits existent vraiment). Pour en attraper une, pas besoin d’un harpon ou d’une Pokéball, seuls quelques Yens (des petits objets ronds métalliques que les Mitsuhirato s’échangent entre eux avec un grand sourire et en clamant « Ah les gâteaux ! Ah les gâteaux ! ») suffisent. La chasse à la Banane Bleue est normalement réservée aux enfants Mitsuhirato, friands de cet aliment nécessaire à leur croissance (indispensable pour pouvoir un jour lancer des Kaméhaméhas). Mais quitte à jouer les touristes, autant l’être jusqu’au bout des tongs.

Et vous savez ce qu’est l’enrobage bleu de la banane ? Du chocolat blanc. Ce pays est génial.

1 réflexion sur « Tintin et les Bananes Bleues »

Laisser un commentaire