Un musée très animé

Et oui, pour ceux qui ne le savaient pas, je suis allé ce week-end au bien connu musée Ghibli.
« C’est quoi le musée Mowgli ? » entends-je déjà clamer la foule. Aucun rapport avec le livre de la jungle ici, le musée Ghibli étant consacré à l’histoire, à l’univers, aux productions et aux inspirations des studios Ghibli. Ghibli, pour les deux du fond qui ne suivent pas, c’est les gens qui ont commis Princesse Mononoke, Le Voyage de Chihiro, Porco Rosso, le Château dans le Ciel, ou plus récemment Ponyo sur la Falaise.
Donc du dessin animé qu’il est bien pour toute la famille. Si vous n’avez vu aucun de ces films d’animation, je vous conseille vivement d’y jeter un œil, voire même les deux, et carrément ceux du voisin aussi tant qu’à faire.
En très gros, Ghibli c’est le Disney japonais. De même, Hayao Miyazaki est à Ghibli ce que Walt Disney est à Disney : non, il n’est pas mort, c’est le fondateur des studios. D’ailleurs les films Ghibli sont distribués par Disney un peu partout dans le monde, c’est dire.Après cette longue introduction, un peu d’action.
Le musée en question se trouve au beau milieu d’une forêt de la banlieue de Tokyo, ce qui correspond tout à fait au thème majoritairement abordé dans tous les films du studio : l’amour de la nature. Même les pancartes indiquant la destination du musée sont en bois et gravées (tandis que les pancartes habituelles sont en ferraille quelconque).
Après une petite balade dans les bois, nous voici donc devant le musée, et soudain c’est l’émerveillement : le musée est dans l’univers Ghibli.
Je m’explique. Tout dans l’endroit semble tiré de l’univers des différents films d’animation du studio, et quand je dis tout c’est tout : l’architecture extérieure, intérieure, les décorations, les ascenseurs, les jardins floraux (dont un sur le toit), les différentes enclaves… On a véritablement l’impression qu’ils ont imprimé en 3D un mix de leurs films. Un peu comme si un musée sur la préhistoire ressemblait à une jungle. L’immersion est immédiate.
Il y a même des endroits seulement accessibles aux enfants (et je suis jaloux), comme ce mini-escalier en colimaçon ou bien, comble du génie, un chat-bus géant (de Mon Voisin Totoro) en peluche faisant également piscine à balles. Même les toilettes sont design, on se croirait dans un train du début du 19ème siècle.

On nage en plein dans le ludo-éducatif, avec la principale exposition réservée à Ponyo sur la Falaise, dernier film en date des studios : des mini-stands adaptés à la taille des enfants, chacun expliquant comment fonctionne tel ou tel mécanisme de l’animation, activités manuelles à la clé. Exemple : tourne une manivelle pour faire défiler les images à une vitesse suffisante pour voir l’animation.
Car c’est certainement un des derniers studios d’animation qui recourt encore aux techniques traditionnelles d’animation, c’est-à-dire pas ou très peu de conception assistée par ordinateur. On se rend compte de l’étendue du travail que cela demande lorsqu’on voit l’ensemble des dessins demandés par Ponyo sur la Falaise : de quoi remplir à bloc une camionette sans passagers. Impressionnant.
Au cours de la visite également, et pour se reposer un peu les jambes, projection en salle d’un court-métrage d’animation. En japonais intégral. Sans musique, et quasiment sans dialogues, tous les bruitages étant faits « à la bouche » (imaginez un cartoon, et remplacez les sons par quelqu’un qui dit « Boum ! », « Splash ! » et consorts), l’histoire reste très simple à comprendre, car orientée vers un public très jeune.
Mais le musée Ghibli c’est aussi une exposition permanente sur Hayao Miyazaki, ses inspirations, ses passions. Et là je dis chapeau pour la reconstitution de l’atelier du maître, on s’y croit réellement : une sorte d’atelier de dessin mélangé à une bibliothèque de botanique et tout un paquet de souvenirs des quatre coins du monde.

Seul bémol : l’interdiction de prendre des photos à l’intérieur du musée, du coup voici la seule photo que je trouve vraiment représentative du lieu, désolé mais seuls les connaisseurs comprendront :

Laisser un commentaire