Tchernobyl mon amour

18432_710039612888_12723151_40556144_3198290_n.jpg

Nombre de scientifiques se sont un jour posés la question : Pourquoi une chaîne de magasins alimentaires porte-t-elle un nom aussi repoussant ? Aujourd’hui, nous allons donc expliquer le pourquoi du comment.Tout commence en 1964, lorsque Richard Grignol, fils d’Eugène et de Sylviane Grignol, voit le jour en Vendée. Dix ans plus tard, par un beau soleil d’été, Richard Grignol, alors jeune boute-en-train, se fait soudainement renverser par un camion-poubelle. Le conducteur, Antoine Bolduc, est alors condamné à 10 ans de prison ferme pour homicide involontaire. Il fera en prison la connaissance de Jacques Lignard, son geôlier, avec qui il nouera une solide amitié. D’ailleurs, lorsqu’Antoine sort de prison en 1979 après 5 ans de conduite examplaire, il trouve avec l’aide de son ami Jacques un emploi à la Banque Postale locale.
C’est ce même Antoine qui accordera un prêt à M. Lardieu, futur créateur de l’enseigne Le Mutant. Son business plan de l’époque cite une chaîne de magasins à produits de base pour des prix plus compétitifs, mais il y a un hic : le nom que M. Lardieu veut alors donner à son enseigne est « Le Mouton ».
Or Le Mouton est déjà déposé par l’épicier du village, M. Georges Bourbon, et ce dernier ne souhaite en aucun cas céder les droits de son épicerie léguée de père en fils. M. Lardieu retrouvera espoir lors d’un dîner avec son ami Ping Xiaoxan : en effet M. Xiaoxan, d’origine chinoise, a conservé un fort accent de son pays d’origine, et lorsque M. Lardieu lui cite le nom de son projet d’une mine déconfite, Ping déforme alors le nom en le répétant, devenant « Le Mou Tangue ».
M. Lardieu décide alors de déposer le nom « Le MuTang », voulant associer la qualité de ses produits à ceux qui proviennent du pays de Mao. Mais Henriette Trochu, secrétaire à l’Institut National de la Propriété Intellectuelle, croit à une erreur de frappe, et corrige alors. « Le Mutant » est né.
Depuis, tout le monde se moque de M. Lardieu et de son enseigne, et d’un autre côté, il l’a bien cherché.

Laisser un commentaire