Nintendo 3DS, premières impressions (1/3)

Oh là là on se croirait presque sur un grand site de journalisme vidéoludique dites-donc !

Je vais donc vous parler de la Nintendo 3DS et de son catalogue de lancement, ayant eu l’occasion de tester la bête il y a pile poil un mois lors d’un évènement grand public organisé par… ben Nintendo évidemment.

Si vous voulez gagner du temps, ne lisez que ce qui est écrit en gras.

C’est quoi la 3DS ?

La 3DS, petit Kévin, c’est la nouvelle DS. Mais ce n’est pas une simple mise à jour comme la DS Lite, la DSi ou encore la DSi XL. C’est une « vraie » nouvelle console Nintendo, un peu comme la PS3 après la PS2, tu vois. Et puis de toute façon, vu le tapage médiatique autour de la bête, si tu n’en as pas déjà entendu parler c’est que tu vis dans une caverne en Lozère.

Elle fait quoi la 3DS ?

La grosse nouveauté de la console, c’est bien sûr l’affichage 3D stéréoscopique sans lunettes. Si tu as déjà des lunettes de vue, il faudra quand même les garder hein, c’est juste que tu n’auras pas besoin de paire de lunettes « 3D » comme au cinéma pour pouvoir voir la 3D sur ta console !

D’ailleurs, une molette est disposée à droite de l’écran supérieur pour régler l’effet 3D à tout moment. A noter qu’on peut supprimer complètement l’effet 3D, mais on y reviendra. Le bouton, lui, fonctionne comme le bouton de réglage de volume de la DS Lite. Sinon, la console garde les mêmes touches que sa petite soeur, et y ajoute un stick analogique. Mais si, le truc que tu utilises pour te déplacer sur tous tes jeux PS2 / PS3 / Xbox 360 !

La 3DS dispose comme la DS de deux écrans, celui du bas est toujours tactile, et celui du haut est (à peu près) au format 16:9, beaucoup plus grand que ce à quoi on est habitués. A noter que seul l’écran supérieur sait afficher la 3D stéréosco… oui bon sans lunettes quoi. Le port pour cartes SD est de retour ainsi que l’appareil photo (cette fois-ci en 3D), bref votre petite cousine pourra retoucher les photos de Tatie Jeanette et ce sera la bonne rigolade en famille. Vous riez peut-être, mais c’est exactement le genre de tableau qui finira dans la pub et qui fera vendre la console. Par contre Nintendo fournit une carte SD avec la console, et ça c’est sympathique.

A noter aussi que là où Apple vend un bout de plastique pour tenir un iPad debout 49€, Nintendo fournit un socle de rechargement avec sa 3DS pour pas un rond, enfin si, un seul rond, celui du zéro €.

La console dispose également de plein d’autres trucs dont personne ne se soucie à part la presse vidéoludique et les fanboys.

Prise en mains (Oui au pluriel parce qu’une console ça se tient avec les deux mains)

La console a en gros le même feeling que la DSi, même si les énormes antivols n’ont pas aidé à évaluer le poids de la bête. Le nouveau stick est très semblable à celui de la PSP dans son fonctionnement (il glisse sur un plateau au lieu de tourner autour d’une bille), mais est plus facile à contrôler parce qu’il est incurvé, bref on « bloque » plus facilement son pouce dedans. Les touches Start et Select sont maintenant en-dessous de l’écran tactile, ainsi que la touche « Home » centrale, permettant de revenir au menu principal de la console. Pour le reste (volume, autres touches et écran tactile) c’est très semblable à la DSi.

La 3D sans lunettes
… fonctionne comme promis par Nintendo
.

Techniquement, quand on prend la 3DS en mains, on voit l’écran supérieur en double, ce qui donne une impression de flou. Le temps de faire le point avec nos yeux, puis de régler la molette 3D, et voilà, magie du spectacle. Personnellement, habituer mes yeux à la 3D ne m’a pris que 3-4 secondes pour chaque jeu, et une fois qu’on est « accroché », on ne perd pas le focus à moins de beaucoup bouger.

Il y a d’ailleurs une différence remarquable entre la 3D « ciné » et la 3D dans le jeu vidéo : si au cinéma, on utilise la 3D pour nous envoyer des trucs au visage, dans les jeux vidéo, l’écran sert plutôt de « fenêtre » vers le monde de jeu.

Ceci dit, comme toute technologie 3D la 3DS est basée sur une illusion d’optique, du coup je vous conseille vivement de la tester par vous-même si vous voulez être sûrs de bien voir la 3D.

Les petits plus de la maison Nintendo

En 2006, Nintendo a eu la bonne idée de livrer Wii Sports d’office avec la Wii. Là, c’est pareil : vous n’aurez pas besoin d’acheter de jeu pour commencer à profiter de votre 3DS.

En effet, la 3DS offrira plusieurs contenus dès la sortie de la boîte :

  • On passera vite sur l’appareil photo 3D, parce que vu la résolution pourrie, à part les enfants je ne vois pas qui va s’en servir.
  • La chaîne Mii, en provenance directe la Wii, et en un peu mieux. On pourra par exemple prendre un pote en photo, et pouf! la console aura créé son Mii, qui sera systématiquement laid.
  • Des cartes de réalité augmentée, et là vous faites genre vous savez ce que c’est mais en fait pas du tout. Bref, vous posez une carte à jouer sur une table, vous la visez à travers votre 3DS qui fait office de fenêtre transparente, et là magie un dragon sort de la carte ! On en reparle plus tard.
  • Un système d’amis mieux fichu que sur Wii, en même temps c’était pas difficile.
  • Et surtout, un système de connexions qui mérite un paragraphe entier

Un système de connexions qui mérite un paragraphe entier

La 3DS et ses composants communiqueront via réseau sans fil tout seuls comme des grands, et ce de trois façons possibles :

  • Votre réseau WiFi bien de chez vous
  • Le réseau WiFi des partenaires de Nintendo : des fournisseurs de hotspots WiFi, bref ne vous étonnez pas de voir votre console mise à jour si vous êtes passé chez McDo ou dans une gare SNCF.
  • Les gens que vous croiserez avec une 3DS : et oui, votre 3DS communiquera plus que vous, car dès que vous croiserez quelqu’un avec une 3DS dans son sac, vos deux machines s’échangeront des données.

L’utilité de tout cela ? C’est automatique, c’est-à-dire que vous n’aurez rien à faire, rien à configurer. Vous partirez travailler avec votre console, et une fois rentrés chez vous, vous aurez eu une mise à jour de la 3DS, rencontré deux nouveaux Mii, et échangé un accessoire pour votre chien dans Nintendogs+Cats…

En bref, Nintendo a fait en sorte que tout le monde puisse utiliser toutes les fonctionnalités de la 3DS sans être un pro de l’informatique, et quand je vois le nombre d’amis qui ont une Wii et qui ne savent même pas qu’on peut la connecter à Internet, je comprend l’utilité de fonctionnalités simples d’accès.

Allez, c’est tout pour cette fois, on se retrouve bientôt pour le test d’un paquet de jeux disponibles au lancement de la console, le 25 mars prochain !

13 pensées sur “Nintendo 3DS, premières impressions (1/3)”

  1. je reste dubitatif sur l’utilisation de la 3D en particulier pour une console portable, ca sera à voir. Ca apportera sans doute un plus pour le coté visuel mais cela apporte-t-il réellement un plus
    du point de vue du jeu en lui-même? J’ai quand même des doutes.
    Il faudra voir si ca marche. Alors soyons clairs sur ma vision des choses. Pour moi la Wii(l’autre console) n’est pas une « bonne » console. (Oui je sais, je marche en terrain miné)Elle a permis à un
    public non habitué de découvrir les jeux vidéos par la détection de mouvements mais pour moi ce n’est pas une révolution ni même une amélioration. Le mouvement permet des actions nettement moins
    précises qu’un contrôle au pad. En clair cette console permet de faire plein de « party game » mais dificile de faire des jeux réellement bon à la wiimote sans talent des développeurs.
    ALors qu’on ne se méprenne pas. Avoir une Wii et aimer y jouer n’est en rien honteux. L’essence du jeu vidéo est d’y prendre du plaisir et la Wii remplit apparemment cette fonction pour beaucoup de
    gens mais vidéoludiquement elle n’est pas plus révolutionnaire que les autres.

    Pour la 3DS ils insistent sur l’aspect « révolutionnaire » ( ils nous avaient fait le coup avec le stylet de la Ds classique qui est intéressant mais pas révolutionnaire non plus) de la 3D. Je ne
    sais pas si ça sera un marketing payant. les fonctions en ligne « prêtes à l’emploi » sont par contre elles quelque chose de plus intéressant qui en est à mon avis le vrai plus.
    Enfin, ne nous méprenons pas. J’ai la DS normal qui a des bons titres et je ne dénigre pas Nintendo, c’est juste une petite analyse perso sur laquelle on peut ne pas être d’accord. Je reviendrais
    pour finir sur le Virtual Boy qui a été un échec complet car Nintendo avait insisté sur la « réalité virtuelle », un concept utilisé de façon impropre et qui a fait flop. L’argument 3D sera-t-il un
    bon argument? réponse dans quelques temps.

    1. Tout d’abord, il ne faut pas s’étonner quand Nintendo qualifie sa 3DS de « révolutionnaire ». Sony dit la même chose de la NGP, Microsoft dit la même chose de Kinect, chaque nouvelle console ou contrôleur est systématiquement présenté comme « le truc qui va changer votre vie », et c’est tout simplement de la promotion. Parce que quand Steve Jobs présente l’iPad comme « magique », personne n’est assez stupide pour croire que la tablette est surnaturelle.

      La 3D n’est pas un « game changer » comme la HD il y a trois ans par exemple, mais c’est un ajout non négligeable pour l’immersion et l’amélioration du gameplay. Sur ces deux points, je conseille à tout le monde de tester Kid Icarus lorsque vous en aurez l’occasion.

      Nous sommes d’accord sur ce point : la 3D seule n’est pas une raison d’acheter la 3DS, c’est le contenu qui importe. Car dans le prochain Mario Kart par exemple, la vue 3D permettra de mieux évaluer les distances, Streetpass (l’online prêt à l’emploi) permettra d’affronter le meilleur temps de personnes croisées dans la journée, permettra d’avoir automatiquement de nouveaux circuits régulièrement… c’est cet ensemble d’innovations au service du jeu qui constituera l’argumentaire promotionnel.

      La Wii est un cas très particulier : son problème ne réside pas dans ses contrôles particuliers (après tout un contrôleur classique existe sur cette console) ou encore dans ses limitations techniques. Son principal problème, c’est que Nintendo lui-même, en développant des titres de très bonne qualité, accessibles à tous et médiatiquement matraqués, a écrasé les éditeurs-tiers. Du coup, ces derniers préfèrent faire des jeux budget familiaux à faible coût, ce qui dégage du capital pour faire des jeux next-gen à gros budget. C’est d’ailleurs pour éviter de reproduire ce schéma que Nintendo laisse beaucoup de place et de temps de parole aux tiers, lors de ses évènements et pour le lancement de la 3DS.

      Le Virtual Boy… n’est même pas sorti en Europe, du coup c’est un peu difficile de le comparer à d’autres consoles qu’on connaît. Ceci dit, son échec complet est dû à cause de son grand inconfort, de sa maniabilité trop complexe, de son manque de jeux, et d’un marketing complètement foireux. Etrangement, son prix n’était pas si élevé (l’équivalent de 160€ aujourd’hui) et sa 3D fonctionnait plutôt bien et sans maux de crâne.

      J’espère que j’aurais répondu à tes questions / objections !

  2. Vraiment hâte de la tester celle-ci ! J’aimerai connaitre tes impressions au niveau physique. J’ai lu je ne sais où que l’écran 3D ça pète un peu les yeux, qu’en as-tu pensé ? Je vois pas pourquoi
    ça ferait plus mal aux yeux et à la tête que la DS normal mais bon. Par contre le truc qui fait mal c’est son prix quoi. 250 billets au bas mot, allégés de 30 en préco chez virgin par exemple,
    c’est pas donné ! Personnellement je me suis procuré la Xbox 360 neuve avec un jeu neuf pour moins de 200 billets début janvier, c’est tout de même injuste de faire payer une console portable plus
    chère qu’une console de salon m’enfin bon, business is business !

    1. C’est l’illusion d’optique 3D qui peut être à l’origine de maux de tête, lorsque la vue ne s’accomode pas. Il faut la tester par soi-même pour savoir si ça fonctionne, à priori si la 3D au cinéma te donne mal au crâne, ce sera pareil avec la 3DS.

      Personnellement, j’ai joué 3 heures en changeant régulièrement de titre (l’effet 3D variant selon les titres, il faut réaccomoder sa vue à chaque fois), et je n’ai ressenti aucun mal de tête ou fatigue visuelle.

      La PSP était sortie à 250 euros sans jeu, oui c’est cher, mais quand on voit la Lite à 120€, la DSi à 150 et la XL à 180, c’est tout à fait logique. Ce n’est pas la première fois que ça arrive, la PSP avait fait pire avec ses 249€ plus chers que n’importe quelle console de salon à l’époque. La Xbox 360 a tout de même plus de 5 ans, son coût plus faible s’explique par sa durée de vie déjà bien entamée.

      De plus, selon moi, comme pour la Wii, il n’y aura pas de baisse de prix ou de modèle Lite avant mi-2013…

  3. Déjà qu’au cinéma la 3D me rebute alors sur une console…
    Je vois pas tellement l’intéret de vouloir toujours évoluer vers des trucs inutiles, ça n’améliore en rien le jeu et au bout de 20 minutes on voit plus vraiment les effets. A la limite si c’est un
    début vers quelque chose de plus grand à la yu-gi-oh, ou bientot on pourra se balader avec des bestioles virtuels sur nous, pourquoi pas, mais j’ai comme un doute^^
    Et puis c’est une console, les autres fonctions que jouer prtttt ça fait téléphone portable.

    1. Avant de t’apporter une réponse constructive, j’aimerais te poser une question : Qu’est-ce qui pour toi est une évolution utile et réaliste pour le jeu vidéo ?

      Parce que Yu-Gi-Oh c’est juste un jeu de cartes, les hologrammes ne sont là que pour décorer ^^

  4. Décrit comme tu le décris, ça me fait penser à ces jeux, là, dans le début des années 90, avec deux profondeurs : une profondeur imprimée fixe et le reste animé (avec un graphisme calculette).

Laisser un commentaire