Nintendo 3DS, secondes impressions

Si vous avez lu mes premières impressions sur la bête en février, vous ne serez pas étonnés d’apprendre que j’ai acheté une 3DS le jour de son lancement. Aujourd’hui, ça fait six mois pile que la bête est sortie, c’est donc le moment idéal pour un premier bilan !

1. La console

Pour du matériel Nintendo vendu à prix premium (enfin plus maintenant d_D), la 3DS est loin de la qualité à laquelle on devrait s’attendre. En dehors de ses capacités techniques plutôt satisfaisantes, c’est surtout la finition de la console que je mets en doute.

L’écran tactile est moins large que l’écran 3D, pas de problème. Sauf que lorsqu’on referme la console, les deux écrans se touchent, donc le bord de l’écran du bas laisse deux belles marques sur l’écran du haut. Ouf, ces marques n’apparaissent pas lorsque la console est allumée… enfin pour le moment, aha. Pour les autres défauts, petit schéma :

Le Circle Pad additionnel n'existe pas, OK ?

Comment autant de petits défauts peuvent être présents sur une console Nintendo ? Certainement parce que la production a été accélérée (comprendre bâclée) pour sortir une nouvelle console avant la fin de leur année fiscale 2010, la Wii et la DS n’arrêtant pas de mourir.

Ceci n’est que MON opinion de la console après 6 mois, quand on regarde ailleurs les avis semblent mitigés… mais tout le monde attend déjà une très probable mise à jour matérielle de la console, une « 3DS Lite ». Ce qui n’est PAS un indicateur rassurant.

Au passage, je tiens à préciser que la durée de vie de la batterie, vivement critiquée lors de son annonce, ne m’a jamais posé de problème. Il faut dire qu’il est rare de faire une session de 3 heures sans avoir de prise de courant à portée de main…

2. Les jeux

Aïe. On le sait tous, le lancement de la console était assez creux de ce point de vue, et c’est aujourd’hui encore le principal défaut qu’on lui reproche. Parce que six mois après le lancement de la console, on n’a qu’un remake à se mettre sous la dent, qui constitue l’unique titre majeur Nintendo.

Avec un peu de recul pourtant, on sait que la fenêtre de lancement est souvent avare en bons titres, les développeurs n’ayant tout simplement pas le temps de finir leurs gros projets en 6 à 12 mois. La PS3 n’a pas eu d’excellents jeux avant 2008, la Xbox 360 pas avant 2007, la DS pas avant 2005, etc. Mais la Wii a eu Wii Sports, Zelda et les Lapins Crétins le jour de son lancement… et la 3DS est une des rares consoles à ne pas être sortie en fin d’année, du coup on se demande un peu pourquoi Nintendo ne l’a pas gardé sous le coude 6 mois de plus (réponse probable :booster une année fiscale 2010 pas terrible)…

A ce moment-là, pourquoi Nintendo n’a-t-il pas sorti lui-même de gros titres ? Car il est historiquement le seul constructeur dont les jeux développés en interne étouffent complètement la concurrence en termes de vente, ce qui explique le manque de soutien de la part des éditeurs-tiers découragés. Pour se sortir de ce cercle vicieux, Nintendo a voulu leur envoyer un signal fort : dès l’annonce de la 3DS, il était promis aux tiers qu’ils auraient toute la fenêtre de lancement (4 premiers mois) rien que pour eux, avec aucun titre Nintendo majeur pour les concurrencer. Malheureusement, les éditeurs -par manque de temps certainement- n’ont pas suivi et se sont contentés de simples portages de qualité… variable dirons-nous.

Résultat des courses : on attend de voir si Super Mario 3D Land et Mario Kart 7 (ces deux noms n’ont aucun sens d’un point de vue marketing mais bon) seront bien les vendeurs de 3DS à Noël et après, ou si la console est morte-née… Sauf qu’avec le destin de la 3DS repose certainement l’avenir des consoles portables en général, sous l’ombre menaçante d’Apple, Google, Microsoft et leurs smartphones de plus en plus présents…

3. Les services

Tant qu’on parle d’évolution du marché, la génération actuelle de consoles a apporté trois changements majeurs dans l’utilisation actuelle des consoles de jeux vidéo :

  • la popularisation du multijoueur online, que Nintendo a royalement loupé avec la DS et la Wii
  • le casual gaming, fer de lance de la Wii et aujourd’hui de Kinect (mais pas du Move)
  • les fonctionnalités satellites aux jeux vidéo : boutique en ligne, location et visionnage de films, navigateur Internet, intégration de Facebook et autres réseaux sociaux, téléchargement de démos et bandes-annonces, connectivité avec d’autres joueurs… Nintendo a échoué sur chacun de ces points avec la Wii.

Autant dire que la 3DS partait avec 5 ans de retard. Du coup, la console est plutôt bien fournie et a même des ajouts bien pensés : on peut prendre des notes ou aller sur Internet en plein jeu sans quitter le jeu, il y a un code ami unique (ouf !), on retrouve les Mii de la Wii, on dispose d’un appareil photo et d’un enregistreur audio (et les lecteurs associés)… Bel effort, mais la boutique en ligne et le navigateur Internet (sans support de Flash) n’ont été rendus disponibles que trois mois après la sortie de la console, tandis que la capture vidéo arrive en fin d’année. Encore une fois, la console semble avoir été sortie à la va-vite.

D’ailleurs, la boutique en ligne, parlons-en. Je vous entends d’ici, « Pourquoi donc que l’eShop de la 3DS il est tout nul, tonton Traquenard ? ». Voilà pourquoi :

  • On ne peut plus utiliser les cartes prépayées Nintendo Points, alors qu’on peut y télécharger des jeux DSiWare. Qui si vous avez une DSi ou DSiXL sont achetables grâce à ces mêmes Nintendo Points, vous suivez ? Non ? C’est normal, c’est le bordel, même les vendeurs n’y comprennent rien.
  • Les cartes prépayées eShop ne sont toujours pas disponibles dans le commerce, votre seule option est par conséquent le paiement par carte bancaire. Et oui, il faudra retaper votre code complet à chaque achat de points, pas « d’achat en un clic » possible et vous êtes obligés d’acheter par tranches de 10€. Youpi.
  • L’interface n’est pas « dézoomable » comme celle du menu 3DS, du coup on ne voit qu’un à trois éléments à la fois. Un malheur n’arrivant jamais seul, Nintendo a jugé bon de mettre sur la page principale de l’eShop une vingtaine de sous-catégories très vagues et complètement inutiles : « Pour les pros », « Gestion efficace », « Faites preuve d’imagination »…
  • Tout ce que vous téléchargez est lié à la console et pas à votre compte Nintendo. Une hérésie aujourd’hui, car quand il y aura une 3DS Lite, ce sera une véritable révolution, et il faudra tout racheter. Heureusement pour les possesseurs de DSi, on peut transférer tous ses DSiWare sur 3DS gratuitement (sans les sauvegardes et on n’a plus accès aux jeux sur DSi bien sûr).
  • Il faut revenir à la page principale de l’eShop pour retourner au menu principal de la console. Imaginez devoir cliquer un nombre inconnu de fois sur Retour pour utiliser votre touche Home sur un smartphone. C’est aussi fun que ça en a l’air.
  • On ne peut rien télécharger en tâche de fond. Et chaque téléchargement terminé renvoie à la page principale de l’eShop. Autant dire que ça ne donne pas envie d’acheter plus d’un jeu à la fois.

Tout cela est vraiment dommage, car le contenu de l’eShop est du niveau de ce qui se fait sur PSN et XBLA, entre les perles cachées DSiWare, les bandes-annonces en 3D, et les jeux Console Virtuelle. Vous serez d’ailleurs surpris de constater qu’un Donkey Kong Game Boy à 4€ peut avoir un gameplay et une durée de vie bien meilleurs que le top des ventes sur iPhone et Android.

Après avoir lu tout cela, vous devez avoir l’impression que je déteste cette console. Et bien… non, je suis simplement déçu qu’elle ne soit pas sortie plus tard et mieux finie. Ceux qui l’ont payée 249€ se sont bel et bien fait arnaquer (et le Programme Ambassadeurs est une vaste blague). Mais à 179€ (prix actuel de la DSiXL, petit souci de positionnement là), en sachant que Nintendo corrige petit à petit ses défauts, et surtout en regardant les jeux qui vont débouler en 2012, elle devient de plus en plus tentante avec les mois qui passent.

Mon conseil ? Vous avez encore le temps pour vous décider, car la 3DS ne baissera pas de prix de sitôt, et je doute qu’avec la Wii U Nintendo ait les moyens de produire en masse une 3DS Lite en 2012… Et au passage, si vous ne craquez pas d’ici Noël, attendez la PlayStation Vita (bien partie pour souffrir des mêmes syndrômes que la 3DS :’D) début 2012 pour le prochain épisode de la guerre des consoles !

2 pensées sur “Nintendo 3DS, secondes impressions”

  1. J’ai pus tester la console en magasin, donc je n’ai pas d’avis objectif sur la console. Je trouve tes arguments intéressants. Je ne m’attendais pas à ce que l’écran du bas marque l’écran du haut ! J’ai la même chose sur mon pc où ce dernier, éteint, bénéficie d’un joli quadrillage imprimé sur l’écran, correspondant bien évidemment aux touches du clavier. J’ai toujours acheté toutes les consoles portables de Nintendo, jusqu’à la DS (parce que la DSi c’est la même chose pour moi). Je n’ai pas pris la 3DS pour 3 raisons : l’appréhension vis à vis de l’effet 3D, le prix et les jeux qui m’intéressent. Pour la 3D, vu que je l’ai testé, elle m’a convaincue, c’est joli et si c’est chiant on désactive. Pour le prix, la récente baisse des mois derniers est plus que bienvenue. Côté jeux par contre, ben c’est pas encore ça. J’attends le prochain Castlevania (puisqu’il ne sortira pas sur DS, j’en suis certain) et à ce moment je me la procurerai !

    1. Je ne sais pas si ce problème de marquage touche toutes les consoles, mais vu comme la bête est (mal) conçue, je mise mes jetons sur un oui majoritaire. Sinon, depuis la publication de ce article, je n’ai pas ouvert une seule fois ma 3DS. Mouais, vivement 2012.

Laisser un commentaire