Vous reprendrez bien une livre de haggis ?

En Ecosse, on mange des tourtes bœuf-oignons, des pommes de terre par camions, du haddock à toutes les sauces, du fish & chips qui mélange ces deux derniers avec de la friture, et et et du haggis dont la coutume veut qu’on ne dise pas de quoi il est constitué avant d’en avoir mangé, mais je vous rassure, c’est bon. Bref un paquet de plats en sauce, en huiles, en graisses, qui ô surprise font de l’Ecosse le numéro 2 mondial de l’obésité, juste derrière les créateurs du fast-food.

Il est donc tout à fait logique que je vous fasse un petit inventaire des… sucreries locales. Et oui, on trouve des salons de thé & gâteaux un peu partout au pays du kilt, et les franchises façon Starbucks y sont légion, difficile de résister à la tentation quotidienne du goûter !

On commence avec le millionnaire, ce qui équivaut certainement au nombre de calories qu’il contient. De son vrai nom le sablé du millionnaire, c’est donc une couche de sablé aux épices de type cannelle, une couche de caramel/fudge semi-fondant, et une couche de chocolat au lait. Tout ça fond sous la langue, et se déguste parfaitement avec un lait au miel. Une fois terminé, n’oubliez pas de faire deux à trois heures de sirtaki pour éliminer tout ça par contre.

Frijj est le Yop local, mais est heureusement beaucoup plus buvable : un peu plus épais, ça ressemble plus à un milkshake tout en étant bourré de colorants et d’arômes artificiels. Rien d’exceptionnel, mais dans un pays où j’ai découvert le Mars à boire peu avant son arrivée en France, je m’attendais à bien pire.

On trouve aussi pas mal de yaourts en gros pots, format que j’appelle avec affection « Je vais manger ça devant Bridget Jones un soir de blues ». A consommer en deux à trois fois si vous ne voulez pas prendre deux kilos par semaine, on trouve dans tous ces yaourts deux ou trois marques « organiques », certainement une façon de dire que c’est fait avec du vrai lait, des vrais fruits mixés, et du vrai plastique pétrolifère pour le couvercle. Je ne vous le cache pas, c’est très bon et ça se mange à la cuillère à soupe pour les plus gourmand(e)s. Et je viens de le remarquer, c’est un probiotique comme ces fameux yaourts verts qui soignent le stress des exams !

Pour finir, le grand, le beau, le bon, mais surtout le pas-commercialisé-en-France-pour-une-raison-inconnue, le Docteur Pepper de C¤ca-Cola. Cette boisson, on l’adore ou on la déteste, mais je ne connais personne qui n’ait pas un avis tranché sur la question. Personnellement, je ne lui trouve pas ce goût médicamenteux que ses détracteurs lui attribuent, mais plutôt un goût assez proche du Cherry Coke au final, mais plus marqué et surtout beaucoup plus pétillant. Le Dr Pepper est une boisson qui nourrit dans le sens où n’en engloutit pas une bouteille si rapidement (50cl) car on sature vite en bulles d’air… C’est aussi une boisson qui rafraîchit mais qui ne désaltère pas, comme avec tout soda très sucré prévoyez un verre d’eau pour ne pas voir votre langue se transformer en pruneau d’Agen. Testez-là si vous en avez l’occasion, d’ailleurs on me souffle dans l’oreillette qu’on peut en trouver en import dans quelques boutiques et restaurants parisiens…

Maintenant que vous avez bien salivé comme il fallait, je vous laisse vous sustenter et vous donne rendez-vous demain pour l’avant-dernier article de cette semaine écossaise !

Laisser un commentaire