Metroid: Samus Returns – Combinaison Varia(ble)

Samus Returns est arrivé dans la surprise générale. Il faut dire qu’après Federation Force, jeu 3DS médiocre avec une moustache Samus Aran et le seul épisode de la série en 6 ans, on commençait à se dire que Metroid avait rejoint F-Zero au purgatoire des licences Nintendo.

https://twitter.com/Traquenard/status/874678727413817347
Ma réaction à l’annonce du jeu et un de mes rares moments de lucidité.

Et pourtant, un an après la fermeture sèche et définitive du fangame Another Metroid 2 Remake, c’est bien un remake officiel de Metroid 2 qui débarque, pour un résultat que je trouve très bizarre.

Tout d’abord, on retrouve derrière le projet le studio MercurySteam, développeur des 3 Castlevania: Lords of Shadow, une drôle de série dont je vous reparlerai plus tard. Leur remake de Metroid, basé sur le moteur de Lords of Shadow 3DS, s’en sort techniquement mieux, mais retrouver le rendu graphique cradingue de la 3DS 6 mois après la sortie de la Switch, c’est difficile.

Après, il y a la question difficile du remake d’un jeu Game Boy très daté, antérieur à l’épisode Super Nintendo qui confirmera les bases de la série. Metroid 2 est un jeu d’action très linéaire et franchement injouable aujourd’hui. Un travail sur le fond et sur la forme était donc nécessaire.

AM2R faisait le choix d’adapter le jeu au cœur classique de la série, l’exploration avec une 2D très lisible, là où Samus Returns va creuser l’ADN du jeu Game Boy en insistant sur des combats nerveux à la mise en scène dynamique. Le truc, c’est qu’il passe après l’excellent système de combat d’Other M et souffre de la comparaison. Dans l’ensemble, les affrontements sont satisfaisants et mettent juste ce qu’il faut de pression, mais c’est un juste équilibre malheureusement brisé à l’occasion d’un ou deux combats de boss.

Côté exploration et découverte d’environnements nouveaux, c’est déjà moins glorieux. Tous les décors se ressemblent et sortent de Metroid Prime, tout comme les musiques et la plupart des ennemis. Revenir sur nos pas est terriblement frustrant car notre montée en puissance est très lente et ne permet pas de traverser les salles aussi rapidement que dans les anciens opus.

Metroid: Samus Returns m’a quand même bien accroché jusqu’à la fin, avec son action immersive et sa façon originale de raccrocher les wagons du scénario avec les canons plus récents de la série. C’est un bon jeu et un bon Metroid, mais contrairement à la majorité des autres épisodes de la série, il y a peu de chances que j’y retourne un jour.