Sceaux d’approbation vidéoludiques, édition 2013

Yaddi yadda, #2014 te voilà.

Bon. Je vous aurai bien dit à quel point le temps passe vite en mettant ici un lien vers le même bilan de l’année passée, sauf que voilà, le bilan en question c’était il y a deux articles. Hop hop hop, on enchaîne.

2013 pour ma pomme, c’était donc 42 jeux joués, 37 commencés, 30 terminés. Comme j’avais eu l’impression de jouer à beaucoup trop de jeux l’année dernière, j’ai aussi noté les jeux achetés au long de l’année mais pas commencés. Ouch : pas moins de 23 jeux entrent dans cette nouvelle catégorie, autant dire qu’il était grand temps de résilier cet abonnement PS +.

Bon, autant le dire tout de suite : 2013 était l’année de #l’attente. GTA V s’est fait désirer quelques mois de plus avant d’engloutir le porte-monnaie du monde entier, Rayman Legends a été repoussé avant d’engloutir le porte-monnaie du tiers-monde entier, Watch_Dogs a hacké sa propre date de sortie et par la même occasion l’intégralité du catalogue de lancement de la nouvelle génération. Ah oui, la next-gen, tellement mieux que la next-gen précédente, a aussi été officiellement dévoilée. A ma droite, PlayStation 4, 6ème console PlayStation et à ma gauche, Xbox One, 3ème console Xbox, sic ad nauseam. Autant dire qu’on va en bouffer du crêpage de chignons, du concours de phallus et beaucoup trop de sérieux. Mais là encore, il fallait réserver ou #attendre début 2014 pour dépenser l’héritage de mamie. Pendant ce temps, la Wii U est le nouveau Gamecube de Nintendo, qui a préféré sortir à peu près un million de bons jeux sur 3DS et un nouveau Pokémon. La Vita a complètement disparu médiatiquement, on #attendra de ses nouvelles en 2014. Et il y a eu plein de suites, que des suites cette année, j’ai joué à 1 jeu non indépendant qui n’était pas une nouvelle entrée d’une franchise, et c’était Beyond. Yep, tout cela sent la fin de génération, pour une nouvelle saga originale on #attend 2014.

Comme chaque année, les titres cités ne sont pas forcément sortis en 2013, trois nominés pour autant de catégories, c’est reparti !

Les jeux les plus marquants

Rayman Legends
RaymanLegends

L’année dernière, je disais que Rayman Origins mettait une pilule à New Super Mario Bros Wii. Rayman Legends fait plus fort : c’est tout simplement le meilleur jeu de la Wii U. Peut-être car c’est un des rares jeux où jouer au Gamepad n’est pas une punition, au contraire, c’est merveilleusement bien exploité, on trouve foultitude de nouveaux mécanismes et la durée de vie est dingue pour un jeu de plates-formes.

Splinter Cell: Blacklist
SplinterCellBlacklist

Vous connaissez mes goûts pour l’infiltration. En plus d’être un excellent représentant du genre, ce jeu est LA définition d’une suite réussie. Tout y est meilleur que dans les précédents opus, avec un appui notable sur l’intelligence artificielle moins artificielle et des ennemis plus variés et nombreux. Le tout agrémenté d’une appli compagnon gratuite très sympathique, une réussite à tous les niveaux vous dis-je.

Kid Icarus: Uprising
KidIcarusUprising

Deux ans, c’est le temps qu’il m’aura fallu pour m’adapter à la prise en main de ce jeu et enchaîner des sessions de plus de 20 minutes, mais ça en vaut largement la chandelle. Magnifique, drôle, ciselé, surprenant, riche, c’est un vrai triple A qui tient dans cette petite cartouche 3DS. Endurez sa prise en main délicate et jouez-y !

Les bonnes surprises

Luigi’s Mansion 2
LuigisMansion2

Fun fact : Luigi’s Mansion premier du nom est un des rares jeux Gamecube auquel je n’ai pas joué. Son successeur sur 3DS est un des jeux les plus universellement drôles de ces dernières années, probablement parce que chaque décor recèle de secrets et de micro-gags à base d’animations adorables du frère froussard de Mario. La pêche aux fantômes, il n’y a que ça de vrai.

Assassin’s Creed IV: Black Flag
AssassinsCreedIV

Watch_Dogs, jeu next-gen en monde ouvert avec des pirates, et Assassin’s Creed IV: Black Flag, jeu next-gen en monde ouvert avec des pirates, devaient sortir à une semaine d’intervalle. Et ç’aurait été regrettable parce qu’on aurait pu passer à côté d’une excellente simulation de piraterie -la vraie, celle du 17ème siècle. C’est magnifique, l’histoire est chouette, on peut faire plus d’activités qu’au Club Med, même les séquences dans le monde moderne sont sympa.

Donkey Kong Country Returns 3D
DonkeyKongReturns

Après avoir terminé les 2 Mario 3DS avec plus de 150 vies au compteur, je commençais à penser que Nintendo avait définitivement sacrifié la difficulté sur l’autel de l’accessibilité. Que nenni ! Bonus vicieusement disséminés, boss retors et niveaux secrets impardonnables sont savamment équilibrés pour une difficulté parfaitement dosée. Au passage, le format portable est parfait pour ce jeu de plates-formes qui règle les petits soucis de l’original sur Wii.

Les jeux à côté desquels vous êtes certainement passés et c’est bien dommage

Virtue’s Last Reward
VirtuesLastReward

Suite de l’extraordinaire 999 dont je vous parlais il y a deux ans, le deuxième opus de la série Zero Escape est simplement gargantuesque : une durée de vie multipliée par huit, des dialogues doublés, des personnages modélisés en 3D, encore plus d’embranchements de choix… Et comme pour le précédent le scénario va vous retourner la tête. Plusieurs fois. Le jeu est disponible en Europe sur 3DS et Vita, y compris sur l’eShop et le PlayStation Store, vous n’avez plus aucune excuse.

Asura’s Wrath
AsurasWrath

Au lieu d’adapter une série animée japonaise en jeu, le studio nourri aux Naruto et Dragonball Z a décidé de faire une saison d’animé japonais avec un jeu vidéo. C’est complètement crétin et décomplexé, ça pourrait s’appeler « Montée en puissance, le jeu », et c’est GÉNIAL. Ça peut presque se jouer à une main et pourtant on ne s’ennuie pas une seconde grâce à une excellente mise en scène. Attention toutefois, même si le jeu de base ne coûte plus rien, prévoyez 11€ de plus pour acheter les chapitres additionnels IV, 11.5 et 15.5 et profiter pleinement du titre.

Ghost Trick Détective Fantôme

Comme tous les jeux essentiellement basés sur une histoire, difficile de vous parler de Ghost Trick sans vous en gâcher une grande partie. L’intelligence du jeu est d’intégrer la progression de ses mécaniques à celle de l’histoire, avec des puzzles de plus en plus complexes mais jamais prise de tête. Et toujours drôles. Toujours.

Bref, encore une fois 2013 c’était un peu le grand écart vidéoludique, entre le blockbuster américain et le visual novel japonais… Maiiiis en restant tout de même un peu plus dans ma zone de confort que l’année d’avant. Promis, en 2014, fini #d’attendre, ça va BOUGER.

Sceaux d’approbation vidéoludiques, édition 2012

Oyez, oyez, c’est la nouvelle année ! (enfin, sauf si vous lisez ça en juin, mais si c’est le cas allez plutôt faire bronzette)

2011 était déjà une année chargée (souvenez-vous), 2012 n’a pas perdu de poids puisqu’on y trouve 60 jeux joués, 47 commencés et seulement 32 terminés. Bilan contrasté avec le précédent : j’ai joué à beaucoup plus de jeux originaux / moins de suites, en partie la « faute » à l’acquisition d’un gros PC puissant-comme-un-bolide-de-course-mais-pas-tuné-non-plus-faut-pas-déconner. Et oui, les jeux indés, c’est pas chez les constructeurs japonais : à moins d’avoir une boîte de jeu sous système d’exploitation Microsoft, on passe à côté de pas mal de choses.

Si vous aviez une console, pas de quoi se plaindre toutefois, puisque si PS3 et Xbox 360 ont connu des portages de blockbusters pas toujours propres sur eux (Hitman Absolution, Sleeping Dogs, Far Cry 3, Assassin’s Creed 3 et moults FPS), il y avait laaargement de quoi satisfaire les amoureux d’un bon paquet de genres. Sauf pour les possesseurs de Vita, bien entendu.

Puisque vous avez probablement déjà lu une quarantaine de bilans vidéoludiques alors que l’année n’était pas terminée, je vais comme l’année dernière vous faire un résumé de mes expériences de jeu plutôt que de vous clamer le désuet « Alors ça c’était génial en multi, y’avait plein de DLC et les hôtesses de l’éditeur ont été gentilles avec moi, 9/10″. Là encore, preuve de ma grande originalité, les titres cités ne sont pas forcément sortis en 2011, parce que ceux qui ont fini Skyrim en 2011 sont des extraterrestres ou des journalistes jeu vidéo. Allez, trois nominés pour autant de catégories, on remet ça !

Les jeux les plus marquants

Skyrim
Skyrim

Si je devais décrire Skyrim en un mot, je dirais unique, car le contenu gargantuesque du jeu permet d’innombrables possibilités : personnage, classe, métier, compétences, choix moraux, quêtes, destination, armes… Et nos choix vont sélectionner une infime parcelle de ce que le jeu permet, pour définir une partie, notre partie. Jeu classé dans la catégorie « il est 3h du matin, allez, encore un dernier truc et je vais me coucher ».

Journey
Journey

Il est impossible de parler de cette merveille sans gâcher le plaisir que vous y trouverez. Mon conseil donc : évitez toute info sur ce jeu et jouez-y. Découvrez-le par vous-même, tel un enfant qui découvre le monde, vous serez d’autant plus transportés par le titre.

Rayman Origins
RaymanOrigins

Quand on parle de jeux de qualité, il est rare de voir Nintendo se faire surpasser, et pourtant Rayman Origins rend New Super Mario Bros Wii humble sur beaucoup de points. Certes, il n’a pas les power-ups ou les mécaniques de jeu si rodés de son maître, mais il est empli de ces attentions de tous les instants : graphismes magnifiques, animations drôles à souhait, musiques entraînantes, durée de vie épatante, et jouabilité la moins frustrante possible. Comme son mentor, à jouer par doses modérées et de préférence à plusieurs.

Les bonnes surprises

Payday: The Heist
Payday

Les films de braquages à l’hollywoodienne m’ont toujours fasciné, allez savoir pourquoi. Par contre, les FPS multijoueur en ligne, c’est pas ma tasse de thé. Puis Payday m’a fait de l’œil avec ses très bonnes critiques et son petit prix, et j’ai cédé, entraînant quelques amis dans ma chute. Le jeu est beau, rapide, nerveux, stressant, difficile, sans cesse renouvelé et demande une coordination de tous les instants. Une nouvelle expérience de jeu pour moi, et une excellente surprise.

Mark of the Ninja
MarkOfTheNinja

Dire que j’aime l’infiltration serait un euphémisme. J’ai écumé les Metal Gear, adoré Ghost Babel et Perfect Dark sur Game Boy Color, retourné Splinter Cell: Conviction, fini tous les Assassin’s Creed, j’en passe et des meilleures. Et Mark of the Ninja fait partie des très bons élèves : on arrive dans une nouvelle salle, analyse la situation en 2 secondes, utilise nos gadgets et compétences pour passer 3 gardes, 1 caméra et 2 tourelles sans se faire repérer, et on ressort du jeu avec une sensation de maîtrise extrêmement jouissive.

Sonic & All-Stars Racing Transformed
SonicKart

« Pas compliqué pour un Sonic d’être une bonne surprise quand on n’attend rien de la franchise », me direz-vous à raison. N’ayant jamais été défenseur de la saga de Sega, il faut bien avouer que ce Sonic Kart est aussi plaisant à jouer que la série qu’il singe. Même, il montre l’exemple à Nintendo sur certains points loin d’être anecdotiques. Des modes Campagne et Coupe à plusieurs pour débloquer du contenu avec ses amis ! Une IA qui n’a pas besoin de tricher pour combler sa bêtise ! Des objets qui ne déséquilibrent pas complètement la partie ! Et pour couronner le tout, un jeu sorti à prix réduit sur toutes les consoles !

Les jeux à côté desquels vous êtes certainement passés et c’est bien dommage

Nintendoland
Nintendoland

A 350€, on ne peut pas vraiment appeler Nintendoland le jeu le plus accessible de l’année. Pourtant, il cache dans le GamePad de la Wii U de nombreux tours de magie, certains ayant un goût de déjà vu, d’autres simplement bluffants. Son atout majeur ? Être l’opposé de Wii Sports, capable le temps d’une partie de transformer le plus casual des gamers en gamer tout court. Testé et approuvé sur Zelda : Battle Quest et Luigi’s Ghost Mansion, bien plus profonds qu’ils n’en ont l’air.

Pandora’s Tower
PandorasTower

Constat : il y a trop peu de jeux d’aventure et d’exploration de donjons. Je ne parle pas ici des dungeon-RPG générés aléatoirement, mais bel et bien des jeux mélangeant action, énigmes et histoire. Alors oui, Pandora’s Tower rappelle l’âpreté visuelle des jeux PS2, mais excelle à tous les autres niveaux, montrant qu’on pouvait faire des jeux gamers sur Wii. Et nourrir votre chère et tendre avec des cœurs de monstres bien frais pour qu’elle ne se transforme pas en abomination dégage un indéniable romantisme.

Zen Pinball / Zen Pinball 2 / FX Pinball 2
ZenPinball

Qui n’aime pas le flipper ? Rampes, cibles et animations dans tous les sens vous accueillent dans ce jeu omniprésent (PS3, Xbox 360, 3DS, PS Vita, Windows 8, iOS, Android) sur des tableaux d’inspirations variées : Marvel, Plants vs Zombies, Street Fighter, heroic fantasy, steampunk… Le jeu de base gratuit (sauf sur 3DS) vous permet de tester l’intégralité des tables avant d’acheter celles que vous préférez pour aussi cher qu’une partie de « vrai » flipper.

Bref, 2012 en jeux vidéo était pour moi une année très éclectique, j’ai même failli jouer à la PS Vita un Call of Duty, il s’en est fallu de peu. Si vous aussi voulez parler de vos titres préférés, surprenants ou ignorés, n’hésitez pas à en faire part dans les commentaires !