Super Mario Party – mais pas tout à fait revenu

10 ans qu’on attend un bon Mario Party. 10 ans que la série a quitté les vétérans d’Hudson Soft, spécialistes de l’arcade multijoueur avec les séries Bomberman et Mario Party. Reprendre le bébé d’un autre studio est toujours sensible, et force est de constater que ça ne s’est pas très bien passé entre les mains de Ndcube. Difficile de leur en vouloir, car il a fallu que je déteste leurs Mario Party pour comprendre ce qui me plaît dans la série :

  • des mini-jeux avec plusieurs niveaux de lecture, pour découvrir de nouvelles astuces au-delà des instructions livrées en début de manche et apporter une forte rejouabilité à chaque épreuve
  • des plateaux originaux avec des règles et des objets uniques pour permettre de nombreux rebondissements à chaque partie

Pourtant, lorsque Super Mario Party est annoncé à l’E3, je suis rassuré par le simple retour des plateaux de jeu. J’ai l’occasion de tester quelques mini-jeux à la gamescom, pas extraordinaires mais honnêtes, et au moins sur Switch on a enfin une détection de mouvement qui fonctionne. Puis vient la sortie du jeu, et les premiers tests positifs mais réservés.

L’esprit Mario Party, c’est aussi griller tout le monde sur les 2 derniers tours pour les voir hurler.

Et c’est exactement mon sentiment à l’égard de Super Mario Party : des encouragements bienveillants. Le jeu est profondément sympathique, mais on sent que des concessions ont été faites par rapport à ce que la série a pu nous proposer par le passé. Les mini-jeux fonctionnent, mais peu sont complexes. Les plateaux sont plaisants, mais pas sensiblement uniques. Les nouvelles mécaniques de jeu sont intéressantes, mais pas très équilibrées. Pour moi, le jeu est une bonne surprise car je n’attendais plus rien de la série. Maintenant que je suis rassuré, reste à croiser les doigts pour que la prochaine fois ravive la flamme pour de bon.