Bienvenue au pays du Kilt

Hop, résumé en une image, fin de l'article. Comment ça non ?

Et c’est sur ce cliché qu’on commence un autre voyage, même si cette fois c’est bien plus court et bien moins loin. Bienvenue donc en Ecosse pour une semaine garnie de ces articles saugrenus que vous aimez tant (mais si). Cinq jours de balade entre ville et campagne, plus précisément entre Édimbourg/Edinburgh et quelques vallées perdues à l’ouest de Perth, c’est parti.

Parlons d’Édimbourg pour commencer, que vous prononcerez « édinnbowwoh » en discutant avec les locaux. A ce propos, bon courage pour comprendre l’accent écossais assez… épais. Comment dire… l’accent écossais est à l’anglais britannique ce que l’accent du Nord-Pas-Calais est au français : une version moins articulée qui insiste beauuucoup moins sur les consonnes. Bref.

Édimbourg donne l’impression d’une petite capitale tout en étant une grande ville. Je m’explique : on a l’impression de se trouver dans une ville de taille comparable à Paris, mais dont le cœur vivant, le centre-ville-où-tout-se-passe est trois fois plus petit. Oui, on trouve des coins sympathiques un peu partout, mais les rendez-vous semblent bel et bien tourner autour de l’avenue principale, Princes Street.

Et oui, il y fait frais. Attendez-vous à des températures constamment 5 à 10 degrés en-dessous de notre moyenne nationale, et à une météo qui change plusieurs fois dans la journée… dont des ondées assez régulières (mais pas forcément longues). Et comme les clichés ne sont rien sans exception, j’ai eu droit à un temps superbe pendant toute une semaine.

Quoi d’autre… les écossais se lèvent et se couchent tôt par rapport aux français, la faute certainement à un ensoleillement plus court et une heure de décalage. Première conséquence à mes yeux, la majorité des commerces non-alimentaires ferment vers 18h… mais n’ouvrent pas plus tôt. Les gens ont l’air de prendre leur temps, de vivre à un rythme pas si effréné… et quelque part, c’est très reposant.

Je sais, je sais vous voulez tout savoir sur le kilt. Vu la température, et pour le confort OUI il vaut mieux porter quelque chose dessous. Et si on en croise dans la rue portée par des hommes de tous âges, ça reste avant tout une tenue traditionnelle portée aux cérémonies et les jours de fête. Ça a même un petit côté classe. Mais à part des kilts et des cornemuses (de loin l’instrument le plus insupportable au monde), que trouve-t-on en Ecosse qui fasse frétiller les touristes ?

Grosse surprise que de me trouver complètement par hasard devant le quartier général de Rockstar North, et oui les créateurs de GTA sont écossais, j’avais complètement zappé ! Hop, après le-passage-obligatoire-devant-la-maison-mère-de-Nintendo-à-Kyoto-que-je-n’ai-même-pas-blogué, un studio légendaire de moins sur ma liste imaginaire !

Et comme j’arrive encore à parler de jeux vidéo sur un thème qui en est pourtant très éloigné, je vous donne rendez-vous demain pour quelque chose de complètement différent.