On ramasse les restes 3

[suite des restes du Japon]

Reste n°5 : Mille Crêpe

Millecrepe.jpg Aussi étrange que cela puisse paraître, le Mille Crêpe est une pâtisserie. Et une bonne, qui plus est. Enfin, je dis Mille crêpe, mais je devrais plutôt dire Milou Koulépou si l’on se
réfère à la prononciation japonaise.
La recette est toute simple : une vingtaine de crêpes froides très fines empilées les unes sur les autres, avec une couche de crème pâtissière entre deux crêpes, coupez le résultat en une douzaine de parts de gâteau, et le tour est joué.
Alors oui, c’est gras, et pas qu’un peu. C’est lourd, et on en prend plus pour le goûter que pour le dessert. Mais qu’est-ce que c’est bon. Parfois je me demande comment les japonaises font pour aimer autant les pâtisseries deux fois plus grasses et plus sucrées qu’en France tout en conservant leur minceur (indice : ce n’est pas grâce à Taillefine).

Reste n°6 : Mange ton collagène, il va refroidir
P1000017.JPG J’ai mangé du collagène. Parfaitement. Explication : le shabu-shabu, c’est un peu la fondue bourguignonne des nippons. Ou pas. Le principe est assez simple : on choisit deux sauces parmi un milliard (les japonais aiment les options), puis le set de nourriture qu’on va manger avec.
Les sauces sont placées avec de l’eau et de l’huile, enfin je crois, dans deux compartiments séparés dans un plat, (troisième image en partant de la gauche sur la photo). Les viandes, poissons, volailles qui nous sont servis sont crus, à nous de les faire cuire dans une des deux sauces.
Et c’est super bon. Et sain, parce qu’on mange des choses bouillies. Et puis le collagène c’est bon aussi, mais ça ne ressemble pas à ce que vous pensez, oh que non.