Traductions à la Pelle (IX)

Double dose, parce que c’est tellement bon :

 « Au cas où l’ordinateur gèle, nous avons peur, nous ne pouvons donner le mot de passe. Veuillez appeler l’équipe Cloche pour de l’aide. » La phrase parle d’elle-même, surtout la première partie.

Les Japonaises portent des jupes (très) courtes

Le post qui suit est une simple observation, et n’est pas à prendre comme une offense à titre personnel ou culturel. Maintenant que c’est dit, je peux me lancer.Cela fait bientôt quatre mois je suis au Japon, et je ne vous ai pas encore parlé des jupes japonaises. Pourtant j’aurais de quoi écrire un essai sur le sujet. Socialement et culturellement parlant, bien entendu.

Les japonaises portent donc des jupes très courtes. A la limite des fesses (et dans quelques rares cas, au-delà, mais c’est beaucoup moins sexy en images que par écrit). Pourquoi ? Le Japon est pourtant un pays qui est notoire pour sa pudeur, non ? Tentative d’explication, short version (oh le beau calembour par inadvertance).

  1. Les garçons japonais sont timides. En France, on dirait limite asociables. Timides au point qu’ils ne parlent pas, ou peu, en société. Alors aborder une fille, je vous laisse imaginer. Et puisque les hommes ne prennent pas les devants, ce sont ces demoiselles qui le font. Comment, vu que de toute façon il est difficile de faire parler ces messieurs ? En s’habillant de manière un peu plus aguicheuse, tout simplement. Attirer physiquement, c’est tout bête mais efficace depuis toujours.
  2. Les japonaises ont de belles jambes, donc elles les montrent le plus possible. Pendant ce temps-là, certains français(es) préfèrent miser sur la beauté intérieure, mais je dis ça je dis rien.
  3. Les japonaises ont peu de poitrine, et par conséquent ne peuvent se parer de profonds décolletés pour attirer le sexe opposé. Du coup elles attirent le regard sur leurs jambes, pas idiot.
  4. Il fait chaud, donc on s’habille plus légèrement. Ce qui n’explique cependant pas pourquoi les écolières portent des chaussettes si haut en plein mois de juin (à mi-cuisse).

Et pour ceux qui espéraient des photos, vous n’êtes qu’une bande de canaillous.

Les architectes saoûls, c’est mal.

La simplicité c’est bien aussi.

Au Japon, on combat la saleté

Littéralement.

Pigeon Vole

AVERTISSEMENT : Cet article est un peu glauque et contient une photo pouvant heurter la sensibilité de certaines personnes, âmes sensibles s’abstenir.
Hier, je descendais sur le quai pour attendre le train, quand soudain quelque chose attire mon attention : des plumes de pigeon, un peu partout sur le sol. Habitué à la propreté légendaire japonaise, ce n’est pas le genre de choses qu’on voit tous les jours. Quelle ne fût donc pas ma surprise quand, un peu plus loin, je tombais sur ceci :

Une tâche de sang au milieu des plumes. J’en déduis rapidement qu’un pigeon est mort ici. Mais il n’y a pas de corps… Et si le corps avait été retiré par le personnel de la station, le sang aurait été nettoyé également…
Une seule solution possible : c’est une projection de sang d’un pigeon qui s’est fait exploser à l’arrivée d’un train, le corps ayant certainement été projeté plus loin sur la voie. C’est ce que j’ai pensé sur le coup. Mais si cette solution paraît la plus probable, une chose m’intrigue toujours : en y regardant de plus près, la tâche de sang ne semble absolument pas « projetée ». Ce qui me renvoie à une autre hypothèse : le pigeon s’est certainement fait percuter par un train, s’écroulant à cet endroit pour perdre son sang. Puis un voyageur du train aurait enlevé le corps, et je serais arrivé entre ce moment et celui où le personnel nettoie tout…. Parfois je me dis qu’il faudrait que j’arrête de regarder Dexter et Les Experts…

Traductions à la Pelle (VI)

(suite de nos aventures traductrices)

Euh… Je ne sais absolument pas ce que ça peut bien vouloir dire. J’ai cherché sur le Net des traductions proches ou lointaines, en français, anglais, italien… Rien. Niet. Nada.
(Retrouvez la suite par ici)

La photo Que Diable ? du jour

 Vous y comprenez quelque chose, vous, à cette image ?

Nota Bene : « Que Diable ? » est en réalité une localisation de l’expression populaire américaine What The Fuck, souvent raccourcie à l’écrit par l’acronyme WTF. Certaines élites de la blogosphère s’amusent parfois à dire Quel est le Fuck, traduction littérale de l’expression qui n’a bien entendu aucun sens dans la langue de Claire Chazal.