Où est Charlie ?

Annoying2.jpg

Ça fait deux heures que je cherche, impossible de trouver ce gugusse au bonnet et au pull rayé… Mais ne serait-ce pas cet énergumène d’Annoying Dude qui vient saccager mon plaisir, une fois de plus ?

Boule et Bill, un avenir tragique

Boule et Bill, deux amis pour la vie, pouvait-on lire dans la célèbre bande dessinée de Roba il y a déjà plusieurs décennies. Mais même les héros de bd les plus connus ne peuvent résister aux ravages du temps. L’avenir de Boule et Bill, c’est la triste histoire que je vais vous conter ici.1990 : Boule entre au collège, et subit les incessantes brimades de ses camarades. Il faut dire qu’avec un prénom pareil, la vie n’est pas facile tous les jours : Boule de flipper, Boulet…
Frappé, humilié, le petit Boule a bien trop de soucis personnels pour se préoccuper de ses devoirs, ce qui lui vaudra le surnom de Boule à zéros. Bill, de son côté, flemmarde à la maison.

1994 : Boule entre au lycée, où il retrouve son ami d’enfance Pouf. Celui-ci étant passé par une école privée catholique, n’est plus le même : jeune drogué à la beu, il a coupé la moitié de sa frange pour « faire beau gosse », comme il aime si bien le clamer. Emmenant Boule avec lui pour faire ses mauvais coups, il lui vaudra son premier séjour en garde-à-vue, après lui avoir fait démolir la façade d’une boulangerie en scooter pour « être plus cool ».
Boule, lors de son adolescence ingrate, prend du poids, d’où son nouveau surnom de Boule-de-gras. Pendant ce temps, les parents de Boule divorcent, sa mère préférant un cadre de Conforama à un « publicitaire sans avenir », selon ses propres dires. Boule reste avec son père.
Caroline la tortue meurt d’overdose, ayant pris un des plants de beu de Pouf pour de la laitue. Bill, de son côté, flemmarde à la maison.

1998 : Boule obtient son baccalauréat, du deuxième coup. Il entame des études de cinématographie, ayant toujours voulu devenir un grand réalisateur. Ne s’entendant plus vraiment avec son père ayant sombré dans l’enfer de la cocaïne, il prend une chambre d’étudiant avec Pouf, qui attaque des études de littérature. Bill, de son côté, flemmarde à la maison.

1999 : Boule rencontre l’amour de sa vie, Joëlle, une camarade de fac. Deux mois plus tard, il la surprend au lit avec Pouf, alors qu’elle ne voulait « rien faire avant le mariage ». Après des semaines de dispute, Boule retourne chez son père. Bill, de son côté, flemmarde à la maison.

2003 : Pouf rencontre le succès avec son premier livre « Pouf la grenade » racontant ses années de débauche. Boule tourne ses premiers courts-métrages, mais en dépit de son talent personne ne souhaite distribuer « un film de Boule ». C’est une grande déception pour Boule. Bill, de son côté, flemmarde à la maison.

2005 : Boule tombe dans une profonde dépression à la mort de son père, écrasé par accident dans un camion-benne après s’être endormi complètement stone dans une benne municipale. Il va vivre chez sa mère, avec son demi-frère de 15 ans Kévin, qui comme tout adolescent est ingrat. Bill, de son côté, flemmarde dans sa nouvelle maison.

2006 : Boule écrit son premier roman autobiographique, « Une histoire de Boule », qui rencontre un succès d’estime. Il se découvre une passion pour le bowling, qui l’aidera à sortir de la dépression. Pouf anime une émission culinaire sur TF1 « La Pâte à Pouf », énorme succès. Bill, de son côté, flemmarde à la maison.

2008 : Boule remporte la coupe de France de bowling et ouvre un bowling-bar en province, le Club de Boule. Pouf a des démélés judiciaires après avoir été pris en photo lors d’une sortie avec une prostituée mineure ukrainienne. Bill, de son côté, meurt de diabète.

2010 : Boule perd sa virginité.

2011 : Pouf est déclaré innocent, et devient animateur du jeu télévisé quotidien « Pif Paf Pouf ». Boule se marie, et devient papa.

2018 : Les deux anciens amis se réconcilient, ce qui fait la une des tabloïds franco-belges. Le fils de Boule, Jacques, est amené à jouer le rôle de son père dans le film autobiographique de Pouf « Le Petit Pouf », premier film d’une série qui deviendra une des plus connues du cinéma franco-belge. C’est l’euphorie.

2022 : Jacques est victime d’un tragique accident sur le tournage de « Pouf le cascadeur », et perd l’usage de ses jambes. Boule quitte l’équipe du film pour consacrer son temps à son fils et à son club.

2026 : La mère de Boule décède d’un cancer des poumons. Le septième film de Pouf, « Pouf font du ski », est un échec. Pouf prend sa retraite anticipée.

2050 : Pouf décède d’une maladie du foie. Deuil national. Selon ses dernières volontés, ses notes personnelles sont publiées sous la forme d’un recueil « Pouf la pouffe », autocritique touchante d’une vie mouvementée. Boule y découvre la profonde admiration qu’aura eu son ami pour lui en secret pendant toutes ces années.

2055 : Boule décède d’une rupture d’anévrisme, entouré par ses proches. « Raide Boule », comme on l’appelait dans le milieu du bowling, se voit rendre un dernier hommage par son petit-fils Bill et son chien Ball dans le film documentaire « Boule & Bill ». Les derniers mots de Boule furent inscrits sur sa tombe : « J’ai beau avoir eu un prénom de merde, avoir été gros, roux, et belge, je n’ai jamais cessé d’apprécier la vie ».

The Annoying Dude

Tout a commencé avec ce dessin, vu dans un livre de traduction :

Un bonhomme totalement anonyme, dans un décor assez vide. MAIS le personnage est au mauvais endroit, et a cette expression sur le visage qui en dit beaucoup… IL SAIT QU’IL EST AU MAUVAIS ENDROIT, ET IL S’EN AMUSE.
Regardez la contrariété de l’autre protagoniste, il est passablement énervé ! Mais l’autre l’ignore, et continue à marcher sur la pelouse, l’esprit joyeux et tranquille…

Mais ce n’est pas la première fois que cet Annoying Dude se met là où il ne faut pas… D’où la naissance d’une série de posts qui lui est spécialement dédiée.
Pour commencer, les vacances de l’Annoying Dude en Normandie, 1945.

Quand y’en a marre, y’a Black à part

J’ai testé pour vous : le chewing Black Black Gum, de Lotte.
Le principe est simple : c’est un chewing-gum, et il est noir. Gris-noir pour être plus précis, et gris virant vers le grisâtre au fur et à mesure de sa consommation. On peut lire sur le paquet « Hi-Technical Taste and Flavor », mais j’ai tout de même un peu de mal à voir comment un chewing-gum peut être « hi-tech ».Je conçois tout à fait une image hi-tech, comme le prouvent les emballages individuels de Black Black Gum. Ici, on a plutôt affaire à une image classe, genre New York by Night, en noir et blanc. Après tout des gens sont payés pour vous convaincre que lorsque vous mâchez un chewing-gum, vous vous imaginez bras-dessus bras-dessous avec la femme de l’ambassadeur. C’est un concept très puissant tout de même.

Parce que personnellement, quand je mâche un chewing-gum, c’est plus parce que j’ai mauvaise haleine que pour me sentir au bal du Rotary Club de Versailles.

Mais je digresse. Car Black Black, c’est bon, et malgré l’aspect peu ragoûtant (vous mangez beaucoup de nourriture noire vous ?), c’est très rafraichissant, avec du menthol de dedans. Et au moment d’écrire cet article, je me rends compte que le marketing a une fois de plus eu raison de moi, vu que j’ai gardé l’emballage, et qu’il va me suivre dans mes valises.

Trouvez le Ninja : Solution

Comme promis la semaine dernière, voici la solution de notre grand jeu Trouvez le Ninja. Malheureusement, personne n’a pu trouver le ninja, c’était pourtant extrêmement simple vu qu’il y avait non pas un mais bel et bien quatre ninjas cachés dans le décor. Regardez attentivement :

 Même ce petit chenapan de Charlie s’est infiltré ! Du coup, le grand prix faramineux est remis en jeu pour la prochaine édition de notre Grand Jeu !