The Annoying Dude

Tout a commencé avec ce dessin, vu dans un livre de traduction :

Un bonhomme totalement anonyme, dans un décor assez vide. MAIS le personnage est au mauvais endroit, et a cette expression sur le visage qui en dit beaucoup… IL SAIT QU’IL EST AU MAUVAIS ENDROIT, ET IL S’EN AMUSE.
Regardez la contrariété de l’autre protagoniste, il est passablement énervé ! Mais l’autre l’ignore, et continue à marcher sur la pelouse, l’esprit joyeux et tranquille…

Mais ce n’est pas la première fois que cet Annoying Dude se met là où il ne faut pas… D’où la naissance d’une série de posts qui lui est spécialement dédiée.
Pour commencer, les vacances de l’Annoying Dude en Normandie, 1945.

Quand y’en a marre, y’a Black à part

J’ai testé pour vous : le chewing Black Black Gum, de Lotte.
Le principe est simple : c’est un chewing-gum, et il est noir. Gris-noir pour être plus précis, et gris virant vers le grisâtre au fur et à mesure de sa consommation. On peut lire sur le paquet « Hi-Technical Taste and Flavor », mais j’ai tout de même un peu de mal à voir comment un chewing-gum peut être « hi-tech ».Je conçois tout à fait une image hi-tech, comme le prouvent les emballages individuels de Black Black Gum. Ici, on a plutôt affaire à une image classe, genre New York by Night, en noir et blanc. Après tout des gens sont payés pour vous convaincre que lorsque vous mâchez un chewing-gum, vous vous imaginez bras-dessus bras-dessous avec la femme de l’ambassadeur. C’est un concept très puissant tout de même.

Parce que personnellement, quand je mâche un chewing-gum, c’est plus parce que j’ai mauvaise haleine que pour me sentir au bal du Rotary Club de Versailles.

Mais je digresse. Car Black Black, c’est bon, et malgré l’aspect peu ragoûtant (vous mangez beaucoup de nourriture noire vous ?), c’est très rafraichissant, avec du menthol de dedans. Et au moment d’écrire cet article, je me rends compte que le marketing a une fois de plus eu raison de moi, vu que j’ai gardé l’emballage, et qu’il va me suivre dans mes valises.

Trouvez le Ninja : Solution

Comme promis la semaine dernière, voici la solution de notre grand jeu Trouvez le Ninja. Malheureusement, personne n’a pu trouver le ninja, c’était pourtant extrêmement simple vu qu’il y avait non pas un mais bel et bien quatre ninjas cachés dans le décor. Regardez attentivement :

 Même ce petit chenapan de Charlie s’est infiltré ! Du coup, le grand prix faramineux est remis en jeu pour la prochaine édition de notre Grand Jeu !

…tu pourrais te faire pincer très fort.

Au Japon, quand tu te pinces les doigts dans les portes du métro, un bébé raton-laveur et sa mère se moquent de toi en te pointant du doigt.
Si si, d’ailleurs ils disent dans la bulle « Bien fait, espèce de loser ! » d’après ma traduction en laquelle vous pouvez accorder autant de confiance qu’à votre banquier.

Instantané

Photographie à échelle réduite prise hier soir en gros fourbe plan.

Ici, même les chiens sont gentils

Littéralement : « Il y a un chien ici ! Prenez soin s’il vous plaît »
Et je ne pense pas que ce soit une faute de traduction tellement les autochtones sont gagas avec les chiens…

Les hobbits ne sont pas des nippons

En exclusivité mondiale, voici… la plus petite maison du monde !

Tellement petite qu’on n’en voit même pas la porte…
Bon en réalité c’est plutôt la plus basse maison du monde, mais on ne va pas s’arrêter sur un détail sémantique, c’est dimanche après tout.