Sumo Week, Jour 4 – The Japanese Full Monty

En exclu mondiale, une bande de garçons sexys nus derrière leurs pancartes :

Et ne venez pas me dire que vous n’y avez pas pensé…

Sumo Week, Jour 2 – Trouvez le japonais

Et voici notre grand jeu de la semaine !
Un espiègle japonais s’est caché dans cette photo, sauras-tu le retrouver ?

Quand on dit que les japonais sont petits, c’est pas pour rien…
Photo prise au stade sumo Kokugikan, à une des boutiques de goodies

Traductions à la Pelle (III)

(suite de ceci)

 « Gateu » ? Je sais bien que la population des salons de thé n’est pas bien jeune, mais tout de même, je pensais que les japonais respectaient leurs aînés… Oh, et l’accent aigu sur le a, ça n’existe pas en français, au passage.

(à suivre ici)

La photo Que Diable ? du jour

 Vous y comprenez quelque chose, vous, à cette image ?

Nota Bene : « Que Diable ? » est en réalité une localisation de l’expression populaire américaine What The Fuck, souvent raccourcie à l’écrit par l’acronyme WTF. Certaines élites de la blogosphère s’amusent parfois à dire Quel est le Fuck, traduction littérale de l’expression qui n’a bien entendu aucun sens dans la langue de Claire Chazal.

Traductions à la Pelle (II)

(Suite du fil rouge sur les traductions ratées commencé ici…)

No comment.

Enfin si, bien sûr que je vais commenter. Ça ne veut rien dire !!! Appelez-ça « Vie Française » ou « Vie en France » mais trouvez quelque chose qui ait un sens, nom de nom !
Et ils auraient au moins pu ajouter « Restaurant » au lieu de « Dining ».
Et pour les boulets, ils ont même ajouté un petit drapeau tricolore en guise de repère visuel. Paraît que cela fait plus « chic ». Bon, il commence à y avoir trop de guillemets dans le coin, ça devient dangereux, on se retrouve plus tard.

Inédit : La Censure recule au Japon


Comme promis, voici la photo non censurée de Hachiko, chien fidèle. Hachiko (prononcez atchikoh, à vos souhaits) est une célébrité nippone, dont la statue réside à la station de Shibuya, un des quartiers branchés de Tokyo. D’ailleurs, la sortie de la station de train s’appelle Sortie Hachiko. Mais pourquoi donc un chien est-il aussi connu, me demandez-vous (si, si, j’en ai vu un lever la main, dans le fond, là-bas) ? Et bien rien que pour vous, et en non-exclusivité mondiale, voici l’histoire approximative de Hachiko.
Au début du siècle précédent, le maître d’Hachiko prenait le train tous les jours à Shibuya pour se rendre à son travail. Hachiko, chien fidèle, accompagnait son maître jusqu’à la station et l’attendait jusqu’à son retour, tous les jours. Jusqu’au jour où le dit maître décéda d’une crise cardiaque, ou d’une autre maladie fulgurante et tragique qui ferait une superbe scène hollywoodienne tragique à en faire pleurer un clown. Mais Hachiko, patient, attendit le retour de son maître. Jour après jour. Heureusement pour lui, les habitants locaux eurent pitié de lui et lui donnèrent à manger (alors que si ça se trouve un pauvre sans-abri mourrait de faim deux cents mètres plus loin). Hachiko mourut quelques années plus tard, des suites d’une maladie toute aussi tragique que celle de son maître certainement. Mais avant de mourir, Hachiko eut tout de même l’honneur d’assister à l’érection d’une statue à son effigie, qui n’est pas celle de la photo pour des raisons que vous trouverez aisément sur Wikipédia.

Brave bête. On pourrait aussi dire qu’attendre son maître jour après jour était un peu idiot, mais il faut appeler un chien un chien, et l’histoire était trop belle pour passer à côté. Et puis ça fait une belle histoire pour les enfants et les touristes, qui ont à peu près la même naïveté avouons-le.

Par contre je ne pense pas que le véritable Hachiko se baladait avec une banderole supportant Tokyo comme ville organisatrice des J.O. de 2016 (banderole attachée par des cadenas d’ailleurs, un peu contradictoire avec l’esprit de liberté des J.O.)…

Va falloir m’expliquer…

Non, vous n’avez pas de problèmes de vue (enfin, si peut-être en fait, mais j’y peux rien).
Deux différents McDo à 180m d’écart. C’est-à-dire moins de 5 minutes de marche pour aller de l’un à l’autre. Et évidemment, les deux sont ouverts 24h/24, 7j/7. Tokyo ne dort jamais.

Et Tokyo ne fête pas Pâques, non plus. On dirait que je vais devoir zapper les chocolats pour cette année. Enfer et damnation ! Pas grave, je pourrais toujours aller tester le Mc Hot Dog durant la messe de Pâques. Le Mc Hot Dog, oui oui, j’y reviendrais très vite.