On ramasse les restes 1

Et oui, il s’agit, là encore, d’une série d’articles sur le Japon. En fait, ce sont quelques photos retrouvées par-ci par-là et que je n’ai jamais publié faute de temps.
Voici la formule : un post par mois jusqu’à écoulement des stocks de photos, et deux photos à la fois, souvent sans aucun rapport.

Reste N°1 : Le Shaka Shaka Chicken
P1000020.JPG P1000021.JPG

100 yens (70 cents), pour un gros nugget avec lequel on nous fournit une épice au choix parmi trois. On ouvre le sac par le haut, on verse l’épice, on referme, on secoue, et on déchire au milieu pour déguster. Rien à ajouter : c’est super bon, et on devrait l’avoir en France.

Reste N°2 : La chewing-gum qui donne un Coup de fouet. Littéralement.
P1000005.JPGPhoto de mauvaise qualité car prise dans un train en mouvement… Je ne me lasserai jamais des pubs japonaises, avec toujours plus de surenchère visuelle pour attirer l’oeil. Et pour le coup, ça fonctionne. J’imagine déjà la pub version TV :
 » – Je suis crevé…
– Besoin d’aide ?
– Wow, mais c’est Tchernobyl Man !
– T’es pas en forme ? Et bien prends-toi une bonne grosse claque dans ta face !
BLAM !
– J’ai beau être matinal, j’ai mal. Mais c’est la super pêche maintenant ! Merci Tchernobyl Man ! « 

Casse-tête japonais

Aujourd’hui, culture et raffinement :

Les fameuses toilettes japonaises.
Je n’en ai rencontré que rarement, le modèle privilégié semblant être celui que nos postérieurs connaissent tous, à la différence près qu’on y trouve quarante options tels que :

  • la cuvette chauffante,
  • le désodorisant,
  • le jet d’eau, pour assurer vos arrières ou bien pour ces demoiselles,
  • le séchage,
  • le dock mp3 (véridique),

j’en passe et des meilleures. Je suis à peu près certain d’avoir entendu des toilettes me remercier, une fois.L’attention portée par les japonais à la propreté se poursuit donc jusque dans les cabinets.

Mais voilà que dans un musée de Kyoto, je tombe sur ce modèle, le bien-nommé toilette japonais.
Mais que déduisez-vous de l’image ci-contre ?
Okay, deux marques pour les pieds, mais dans quel sens ?
A quelle barre se tenir ?
Je vous passerai volontiers les autres détails.

Tout cela pour dire que pour moi ces toilettes sont un véritable casse-tête. Que je n’ai su résoudre, vu que j’ai pu trouver une autre cabine plus « classique ».
Et c’est dans des moments tels que celui-ci qu’on se rend compte de nos habitudes les plus basiques.
Ce post est certifié sans gag vulgaire sur les flatulences, ce qui n’a pas été chose aisée.

Traductions à la Pelle (IX)

Double dose, parce que c’est tellement bon :

 « Au cas où l’ordinateur gèle, nous avons peur, nous ne pouvons donner le mot de passe. Veuillez appeler l’équipe Cloche pour de l’aide. » La phrase parle d’elle-même, surtout la première partie.

Traductions à la Pelle (VIII)

(suite de ceci, et à suivre par là)

Au Japon, on ne rigole pas avec la sécurité : même les caméras de surveillance sont sous surveillance.

Fast food multicolore

Ça donne pas envie, ça ?
… Et bien ça ne devrait pas, parce que c’est bien meilleur chez l’ami Ronald que chez cette franchise-là. D’ailleurs Ronald s’appelle Donald ici. Donald Mac Donald. Pffrr.