Consortium de la jaquette

Attention attention, dernier article avant un léger hiatus !

Aujourd’hui, ça va causer jaquette. Pochette, couverture, cover, peu importe le doux nom qu’on leur donne, ces feuilles de plastique imprimées ont un rôle qu’on ignore trop souvent ! Et comme je suis un fervent défenseur de la justice (mais si, j’ai fini la trilogie Phoenix Wright), boum, article sur le bien-fondé des jaquettes dans l’industrie vidéoludique moderne en fonction de la temporalité des titres associés. Ne partez pas tout de suite, il y a des images !

Tout d’abord, il y a une différence importante entre le produit en magasin et dans votre ludothèque : en boutique, les jeux sont mis en avant en étant placés face visible. Une fois chez vous, il y a de fortes chances que tout jeu de qualité finisse sa vie rangé au milieu de ses camarades, tranche visible. Et là, la majorité des jeux sont égaux en tranches, peu importe leur face, c’est un peu la révolution de la jaquette. En dehors de quelques fautes de goût bien entendu, telles que le rouge vif de New Super Mario Bros Wii ou encore la refonte des jaquettes PlayStation en plein milieu de vie des PSP et PS3.

Deux générations de boîtes, tout ça pour des galettes et des cartouches...

Car oui, une grosse production vidéoludique se retrouve plusieurs fois dans les rayons, sous des faciès bien différents parfois… Élucidons ce mystère et découvrons ensemble les différentes catégories de sorties et les jaquettes qui vont avec.

Le collector

Pas une jaquette trempée dans l'eau, mais un relief brillant assez réussi.

Produit typiquement adressé aux amoureux du jeu vidéo, le collector est une version limitée (mais pas forcément introuvable) d’un jeu au moment de sa sortie. Il est la plupart du temps l’apanage des précommandes et coûte cinq à dix euros de plus que le jeu « de base ». Si aujourd’hui les éditions collector permettent de bénéficier de contenu supplémentaire dans le jeu, elles sont surtout prisées pour leurs ajouts physiques. De la simple jaquette refaite aux statuettes de 30 centimètres, il y en a pour tous les goûts et surtout pour tous les portefeuilles.

Seulement voilà, l’essence-même du collector étant d’être unique, on se retrouve parfois avec des jaquettes tout aussi uniques qui ne collent pas avec le reste de la ludothèque, des boîtiers énormes et métalliques qu’on ne sait pas où ranger, ou encore des lithographies, statuettes et autres pin’s qui prennent la poussière. Heureusement, le collector est bien souvent une simple « sur-jaquette » enfilée par-dessus l’originale, histoire de différencier les deux versions (et de simplifier la production des premiers tirages du jeu, souvent à la dernière minute). Mais pas toujours, que voulez-vous le monde est injuste.

Bref, pas de souci si vous êtes comme moi un maniaque aficionado de l’harmonie visuelle de vos étagères, vu que vous avez ici le choix entre l’édition de base et la collector.

La version complète « GOTY »

Un peu comme les Director’s Cut dans le monde du cinéma, on aime bien ressortir un jeu relativement récent pour surfer un peu plus sur sa notoriété. Sauf que dans le jeu vidéo on surnomme ça GOTY, anagramme barbare désignant les jeux de rôle en ligne les « Game of the Year » Edition. Ainsi, il devient de plus en plus courant de voir des titres majeurs ressortir six mois après leur lancement dans une version intégrant plus de contenu et/ou à prix réduit. Si on ne dissertera pas sur le bien-fondé de la manœuvre, on peut par contre cracher à loisir sur les multiples coquards autocollants dont sont affublées ces éditions, quand les critiques journalistiques ne sont pas tout bonnement intégrées à la jaquette.

Arkham City ou comment passer d'une jaquette sobre à une abomination visuelle.

J’ai un avis très partagé sur le physique souvent ingrat de ces versions : bien sûr, les éditeurs ont recours à cette pratique un peu par fierté mais surtout par désir de communiquer sur la qualité du jeu auprès d’un plus large public. Mais d’un autre côté, ce n’est pas parce que je vais acheter un T-shirt en soldes que je veux en garder l’étiquette… Allez, joker, mais c’est bien parce que la tranche est épargnée !

La compilation

Une nouvelle édition de God of War apparemment révélée par Amazon Cuba

Cédant aux sirènes d’un manque d’inspiration global de l’ère Haute Définition, les éditeurs toujours plus avides d’argent facile généreux nous gratifient depuis plus d’un an de nombreuses compilations regroupant le plus souvent des titres d’une même licence. Le tout est bien entendu passé à la moulinette HD avec des résultats directement liés au budget du remake, parce que oui c’est une seule et unique société qui s’occupe de 90% de ces portages.

Au final, des compilations à prix réduit qui plaisent à tous le monde pour des jaquettes qui ne plaisent à personne. Qu’il s’agisse des Classics HD de Sony ou des packs multi-jeux d’EA, on se retrouve souvent avec un bête assemblage de jaquettes regroupées dans une jaquette plus grande. Jaquetteception, jaquette déception. Heureusement, certaines de ces jaquettes sont réversibles et laissent place à quelque chose de beaucoup plus gracieux, comme l’a très bien montré Ico & Shadow of the Colossus HD. A voir, au cas par cas.

Les gammes budget

Ça ne vous dit peut-être rien, mais sous ce nom quelque peu dépréciant se cachent en fait les gammes Platinum de Sony, Xbox Classics de Microsoft (Europe hors UK) et finalement Nintendo Selects de Moulinex. Souvent là pour relancer des titres déjà vendus à plusieurs millions d’exemplaires, elles ont donné naissance aux jaquettes les plus horribles que le jeu vidéo aie jamais connu.

C'est pas comme si c'était la licence la plus populaire de la console après tout. Mes yeuuuux !

C’est à croire que ces jaquettes ont été massacrées intentionnellement, afin de coller une étiquette de pauvre sur les malheureux joueurs possédant ces immondices visuelles. T’as pas voulu acheter le collector à 80 brouzoufs ? Sale plèbe, paie ta honte avec cette jaquette argentée et JAUNE, muhahahahaha !

Seule astuce, acheter ces titres au moment de leur passage en gamme budget, en général on peut trouver la belle édition de base au prix de la version budget, c’est le meilleur des deux mondes ! Evidemment, il faut être assez connecté pour adopter le bon timing, et bien souvent vous devrez vous réfugier dans le monde sombre et complexe des custom covers

Mes deux cents (oui, ça rend mieux en anglais)

Chers amis éditeurs, si vous lisez cet article, pitié, préférez les sur-jaquettes et jaquettes réversibles ! Soyez sobr… hop hop hop, quand je commence à prôner le manque d’originalité et d’innovation, c’est que je tourne en rond, il est temps que j’arrête de taper sur mon clavier. Surtout que le pauvre ne m’a rien fait ! A la prochaine !

Pour finir, un très bel exemple du maître Nintendo... qui nous pondra pourtant la boîte jaune urine de Mario & Sonic aux JO 2012.

La suite, garçon !

Comme dit hier, le Japon, c’est fini sur ce blog. Et c’est le moment de poser à plat ce qu’il reste du blog, et ce qu’il va devenir dans les mois à venir. Tout d’abord, il me reste quelques reliquats du Japon, enfin plutôt des idées datant du Japon, et du coup n’y sont pas directement liées. Mais parlons bien, parlons en points :1. Le format du blog
Vu le rythme qui m’attend ces prochains mois, une mise à jour quotidienne m’est malheureusement impossible. Et puis on a moins de choses à raconter lorsqu’on est chez soi aussi.
C’est pourquoi le blog sera mis à jour de façon un peu plus sporadique. On fait un peu n’importe quoi n’importe quand, c’est plus marrant et surtout ça laisse du temps pour souffler.

2. Le contenu du blog
La grande question. Je trouverai toujours un sujet décalé pour vos yeux. Je pense à la série des Annoying Dude qui risque de refaire une ou deux apparitions, ou encore à la suite promise de Total Noob, si je me remets de ma première expérience, et aux dernières nouvelles une formule un peu plus précise de l’émission est dans les tuyaux.

Sinon, un peu de ménage dans les catégories par-ci, une nouvelle bannière par-là, et du redesign à gogo. Gagner de la lisibilité épargnera un peu vos yeux, parce qu’après 4 mois, ils en ont bien besoin.

Rendez-vous dès demain donc pour la première mise à jour aléatoire du blog, et merci encore de votre soutien !

La meilleure météo du monde

Le matin, avant de partir, il est important de savoir s’il va faire très beau et très chaud, ou bien très pluvieux (mais très chaud quand même). En bref, il faut savoir si oui ou non on emporte un parapluie. Pourquoi ne pas toujours l’emporter, me direz-vous. Tout simplement parce qu’avec une chaleur aussi écrasante, un poids en plus est vingt fois plus désagréable. Et aussi parce qu’on a quand même l’air un peu idiot quand on a un parapluie à la main et qu’il fait super beau.
Etant par habitude méfiant envers les prévisions météorologiques, et m’étant fait surprendre deux ou trois fois par de fortes pluies, je ne tiens pas particulièrement à prendre plus d’une douche par jour.
Puis vint la révélation. Un matin fort ensoleillé, je sors, et croise une japonaise parapluie au bras. Bien sûr, je n’avais pas le mien. L’après-midi, je me prends une saucée. Mais c’est bien sûr ! Les japonais sont plus forts en météo que moi, vu que dans les jours qui ont suivi, chaque fois que j’ai croisé un nippon à parapluie, je pouvais être sûr qu’il allait pleuvoir.
Depuis, tous les matins, un coup d’oeil par la fenêtre pour noter si les passants portent un parapluie, et la décision est prise.Et pour rendre à ce post un minimum d’intérêt, un peu de différence culturelle : la plupart des parapluies nippons sont transparents, ce qui permet de voir le ciel même lorsqu’il pleut. Et ils rouillent.

Est-ce le Japon ?

Réponse demain…

Avant le sommeil

Je ne sais pas pour vous, mais le soir, juste avant de s’endormir, c’est souvent le moment où j’ai tout un tas d’idées qui surgissent de nulle part, souvent en rapport avec ce que j’ai vécu le jour même. Quelques extraits :
– This was awesome…
– Wait why am I thinking in english I don’t need to speak in english anymore today !
– Attends pourquoi je me demande en anglais pourquoi je pense en anglais là ?
– Elles étaient cool ces chaussures quand même…
– Ah la tronche qu’il a tiré c’était génial !
– Je devrais faire un article sur ça, d’ailleurs…
– Et là le gars se rend compte qu’il est invisible !
– Non mais arrête il faut dormir maintenant…
– Mais quand même ce scénar’ il est super !
– Je fais quoi demain au fait ?
– Je suis sûr d’avoir oublié quelque chose aujourd’hui…
– Bon allez maintenant il faut vraiment dormir…
– Je me demande pourquoi on a toujours ce genre d’idées stupides avant de s’endormir…
– D’ailleurs je pourrais en faire un article pour le blog !
– Ouais, demain j’en fais un article.
– Et le coup du mec invisible c’est à creuser aussi…
– Bon, dodo ou quoi ?
Le tout en à peu près 5 minutes. Ce serait tellement plus pratique si j’avais toutes ces idées quand je suis en face d’une note de blog vierge… Bon d’un autre côté ça m’évite aussi de raconter un tas d’âneries que moi-même ne comprendrais pas 5 minutes après l’avoir écrit, vu qu’en général ce genre de pensées a autant de sens logique qu’un rêve… Une fois de plus, le statu quo l’emporte. Nous voilà bien avancés.

Classification périodique des éléments

Et le vainqueur de la Palme d’Or du titre le plus ennuyeux pour une note de l’année 2009 est… Traquenard Désinvolte !

Aujourd’hui, j’ai compris la vérité. Cette incroyable découverte me passait pourtant chaque jour sous les yeux, sans que je l’aie jamais remarquée. Ou alors… peut-être que je l’ai vue, finalement, mais que mon inconscient a préféré me cacher l’innomable et cruelle réalité de la situation. Cela pourrait être partie d’un complot plus vaste organisé par mes neurones, en coordination avec mon cerveau, mes globes oculaires, et tout ce qui les relie…Mais maintenant, je sais. Subrepticement, j’ai aperçu la Chose. Tout d’abord de façon légère, curieuse, presque amusée. Puis, après un second coup d’oeil, une analyse plus approfondie du sens caché des choses, je ne pouvais plus reculer, plus fuir, plus prétendre que tout cela n’était qu’une vaste coincidence.

Et je dois l’admettre une bonne fois pour toutes : c’est un sacré foutoir, ce blog ! Non pas que ce ne soit voulu, bien au contraire, parler de sujets décentrés implique de disserter sur des sujets divers et sans lien apparent, mais je ne pensais pas que cela irait jusque là. Du texte, des photos, des dessins, des vidéos, des liens dans tous les sens…Tout cela avait donc grand besoin d’ordre. C’est pourquoi je m’attelle à la recatégorisation des articles, tout en essayant de trouver quelques autres ajouts et refontes pour le blog. Sachant qu’un bon nombre d’articles existe déjà et que le nombre d’expérimentations me venant à l’esprit ne cesse d’augmenter, ça va bouger. Ou pas.

Mais qui s’en soucie ? Oh, peu de personnes, mais au moins j’ai écrit mon article du jour alors que je n’en avais pas vraiment le temps, et toc.

Edit 2010 : Eeeeet tout ça pour au final regrouper tous les articles nippons dans une seule catégorie, lalalametireuneballelalala. Aha.
Edit 2011 : Eeeeet une fois tous ces articles regroupés, tout séparer à nouveau avec l’apparition des mots clés, lalalaprépareunecordelalala. Uhu.

C’est quoi un mème internet ?

Vous vous attendiez à quoi ? Un vrai article ?

… Bon, j’avoue, c’est un prétexte pour vous rediriger vers ce site qui pour moi regroupe l’essence et la puissance de la sous-culture Internet (le mot sous-culture n’ayant jamais été aussi puissamment significatif) en quelques vidéos.
Je m’explique et détaille un peu les ingrédients qui font que cela fonctionne :

  • des vidéos stupides à la base, façon vidéo gag
  • une vidéo qui n’a aucun sens, ici un chat déguisé qui joue du clavier
  • un schéma simple : le gag se déroule, puis la musique commence, on voit le chat, puis on revoit le gag au ralenti avec la musique du chat, pour revenir sur ce dernier et terminer la vidéo.
  • un titre qui ne change que très peu, facilitant la recherche de vidéos liées : « Play ___ off, keyboard cat »

Le résultat :  beaucoup de gens qui copient le phénomène en créant leurs vidéos, répandant un peu plus le phénomène chaque jour.

Et en y regardant bien, c’est ainsi qu’ont été créés la plupart des mèmes Internet : un principe de base simple facile à reproduire et personnaliser. Un peu comme beaucoup de modes, finalement.

Demain, je vous parlerai de quelque chose de plus intéressant, enfin j’espère.