Sceaux d’approbation vidéoludiques, édition 2013

Yaddi yadda, #2014 te voilà.

Bon. Je vous aurai bien dit à quel point le temps passe vite en mettant ici un lien vers le même bilan de l’année passée, sauf que voilà, le bilan en question c’était il y a deux articles. Hop hop hop, on enchaîne.

2013 pour ma pomme, c’était donc 42 jeux joués, 37 commencés, 30 terminés. Comme j’avais eu l’impression de jouer à beaucoup trop de jeux l’année dernière, j’ai aussi noté les jeux achetés au long de l’année mais pas commencés. Ouch : pas moins de 23 jeux entrent dans cette nouvelle catégorie, autant dire qu’il était grand temps de résilier cet abonnement PS +.

Bon, autant le dire tout de suite : 2013 était l’année de #l’attente. GTA V s’est fait désirer quelques mois de plus avant d’engloutir le porte-monnaie du monde entier, Rayman Legends a été repoussé avant d’engloutir le porte-monnaie du tiers-monde entier, Watch_Dogs a hacké sa propre date de sortie et par la même occasion l’intégralité du catalogue de lancement de la nouvelle génération. Ah oui, la next-gen, tellement mieux que la next-gen précédente, a aussi été officiellement dévoilée. A ma droite, PlayStation 4, 6ème console PlayStation et à ma gauche, Xbox One, 3ème console Xbox, sic ad nauseam. Autant dire qu’on va en bouffer du crêpage de chignons, du concours de phallus et beaucoup trop de sérieux. Mais là encore, il fallait réserver ou #attendre début 2014 pour dépenser l’héritage de mamie. Pendant ce temps, la Wii U est le nouveau Gamecube de Nintendo, qui a préféré sortir à peu près un million de bons jeux sur 3DS et un nouveau Pokémon. La Vita a complètement disparu médiatiquement, on #attendra de ses nouvelles en 2014. Et il y a eu plein de suites, que des suites cette année, j’ai joué à 1 jeu non indépendant qui n’était pas une nouvelle entrée d’une franchise, et c’était Beyond. Yep, tout cela sent la fin de génération, pour une nouvelle saga originale on #attend 2014.

Comme chaque année, les titres cités ne sont pas forcément sortis en 2013, trois nominés pour autant de catégories, c’est reparti !

Les jeux les plus marquants

Rayman Legends
RaymanLegends

L’année dernière, je disais que Rayman Origins mettait une pilule à New Super Mario Bros Wii. Rayman Legends fait plus fort : c’est tout simplement le meilleur jeu de la Wii U. Peut-être car c’est un des rares jeux où jouer au Gamepad n’est pas une punition, au contraire, c’est merveilleusement bien exploité, on trouve foultitude de nouveaux mécanismes et la durée de vie est dingue pour un jeu de plates-formes.

Splinter Cell: Blacklist
SplinterCellBlacklist

Vous connaissez mes goûts pour l’infiltration. En plus d’être un excellent représentant du genre, ce jeu est LA définition d’une suite réussie. Tout y est meilleur que dans les précédents opus, avec un appui notable sur l’intelligence artificielle moins artificielle et des ennemis plus variés et nombreux. Le tout agrémenté d’une appli compagnon gratuite très sympathique, une réussite à tous les niveaux vous dis-je.

Kid Icarus: Uprising
KidIcarusUprising

Deux ans, c’est le temps qu’il m’aura fallu pour m’adapter à la prise en main de ce jeu et enchaîner des sessions de plus de 20 minutes, mais ça en vaut largement la chandelle. Magnifique, drôle, ciselé, surprenant, riche, c’est un vrai triple A qui tient dans cette petite cartouche 3DS. Endurez sa prise en main délicate et jouez-y !

Les bonnes surprises

Luigi’s Mansion 2
LuigisMansion2

Fun fact : Luigi’s Mansion premier du nom est un des rares jeux Gamecube auquel je n’ai pas joué. Son successeur sur 3DS est un des jeux les plus universellement drôles de ces dernières années, probablement parce que chaque décor recèle de secrets et de micro-gags à base d’animations adorables du frère froussard de Mario. La pêche aux fantômes, il n’y a que ça de vrai.

Assassin’s Creed IV: Black Flag
AssassinsCreedIV

Watch_Dogs, jeu next-gen en monde ouvert avec des pirates, et Assassin’s Creed IV: Black Flag, jeu next-gen en monde ouvert avec des pirates, devaient sortir à une semaine d’intervalle. Et ç’aurait été regrettable parce qu’on aurait pu passer à côté d’une excellente simulation de piraterie -la vraie, celle du 17ème siècle. C’est magnifique, l’histoire est chouette, on peut faire plus d’activités qu’au Club Med, même les séquences dans le monde moderne sont sympa.

Donkey Kong Country Returns 3D
DonkeyKongReturns

Après avoir terminé les 2 Mario 3DS avec plus de 150 vies au compteur, je commençais à penser que Nintendo avait définitivement sacrifié la difficulté sur l’autel de l’accessibilité. Que nenni ! Bonus vicieusement disséminés, boss retors et niveaux secrets impardonnables sont savamment équilibrés pour une difficulté parfaitement dosée. Au passage, le format portable est parfait pour ce jeu de plates-formes qui règle les petits soucis de l’original sur Wii.

Les jeux à côté desquels vous êtes certainement passés et c’est bien dommage

Virtue’s Last Reward
VirtuesLastReward

Suite de l’extraordinaire 999 dont je vous parlais il y a deux ans, le deuxième opus de la série Zero Escape est simplement gargantuesque : une durée de vie multipliée par huit, des dialogues doublés, des personnages modélisés en 3D, encore plus d’embranchements de choix… Et comme pour le précédent le scénario va vous retourner la tête. Plusieurs fois. Le jeu est disponible en Europe sur 3DS et Vita, y compris sur l’eShop et le PlayStation Store, vous n’avez plus aucune excuse.

Asura’s Wrath
AsurasWrath

Au lieu d’adapter une série animée japonaise en jeu, le studio nourri aux Naruto et Dragonball Z a décidé de faire une saison d’animé japonais avec un jeu vidéo. C’est complètement crétin et décomplexé, ça pourrait s’appeler « Montée en puissance, le jeu », et c’est GÉNIAL. Ça peut presque se jouer à une main et pourtant on ne s’ennuie pas une seconde grâce à une excellente mise en scène. Attention toutefois, même si le jeu de base ne coûte plus rien, prévoyez 11€ de plus pour acheter les chapitres additionnels IV, 11.5 et 15.5 et profiter pleinement du titre.

Ghost Trick Détective Fantôme

Comme tous les jeux essentiellement basés sur une histoire, difficile de vous parler de Ghost Trick sans vous en gâcher une grande partie. L’intelligence du jeu est d’intégrer la progression de ses mécaniques à celle de l’histoire, avec des puzzles de plus en plus complexes mais jamais prise de tête. Et toujours drôles. Toujours.

Bref, encore une fois 2013 c’était un peu le grand écart vidéoludique, entre le blockbuster américain et le visual novel japonais… Maiiiis en restant tout de même un peu plus dans ma zone de confort que l’année d’avant. Promis, en 2014, fini #d’attendre, ça va BOUGER.