Total Noob 05 – Vieux Olympiques

Oui, j’assume pleinement ce jeu de mots plus que minable, mais que voulez-vous ma bonne dame on ne fait pas d’omelette sans voler des bœufs.

Voici donc le nouvel épisode de Total Noob consacré à Summer Challenge sur Megadrive, comme quoi les fans de jeux vidéo peuvent eux aussi être forts en sport.


Sur ces bonnes paroles , il ne me reste plus qu’à vous souhaiter un bon visionnage !

Quand y’en a marre, y’a Black à part

J’ai testé pour vous : le chewing Black Black Gum, de Lotte.
Le principe est simple : c’est un chewing-gum, et il est noir. Gris-noir pour être plus précis, et gris virant vers le grisâtre au fur et à mesure de sa consommation. On peut lire sur le paquet « Hi-Technical Taste and Flavor », mais j’ai tout de même un peu de mal à voir comment un chewing-gum peut être « hi-tech ».Je conçois tout à fait une image hi-tech, comme le prouvent les emballages individuels de Black Black Gum. Ici, on a plutôt affaire à une image classe, genre New York by Night, en noir et blanc. Après tout des gens sont payés pour vous convaincre que lorsque vous mâchez un chewing-gum, vous vous imaginez bras-dessus bras-dessous avec la femme de l’ambassadeur. C’est un concept très puissant tout de même.

Parce que personnellement, quand je mâche un chewing-gum, c’est plus parce que j’ai mauvaise haleine que pour me sentir au bal du Rotary Club de Versailles.

Mais je digresse. Car Black Black, c’est bon, et malgré l’aspect peu ragoûtant (vous mangez beaucoup de nourriture noire vous ?), c’est très rafraichissant, avec du menthol de dedans. Et au moment d’écrire cet article, je me rends compte que le marketing a une fois de plus eu raison de moi, vu que j’ai gardé l’emballage, et qu’il va me suivre dans mes valises.

En Plein Dans l’Arcade

Lors d’un pélerinage au Japon, il y a une étape obligatoire : les salles d’arcade. Etrangement, il m’a fallu presque quatre mois pour enfin me décider à y aller, ce qui est une hérésie pour tout fan de jeux vidéo qui se respecte. Pour ma défense, je suis un vrai manche avec les joysticks (haha). Et rétrospectivement, je me dis que ce n’était pas plus mal d’y aller si tard, sinon j’aurais bien claqué un bon million de yens (bon d’accord, une centaine d’euros) dans ces machines distributrices d’illusions éphémères.
En tous cas, les salles d’arcade au Japon c’est BIEN. Ils ont vraiment compris l’essence de la salle d’arcade : un endroit convivial où venir seul ou entre amis (la deuxième option est de loin la meilleure) pour une expérience de jeu que l’on ne peut avoir chez soi devant une console. La plupart des interfaces de jeu sont originales et prennent beaucoup de place : accessoires musicaux, réseaux de machines liées, tables tactiles, cockpit de mecha avec écran à 180°… On y trouve de tout. Et pour pas cher, 100 yens la partie en moyenne (soit 0,70€).

Et puis se faire éclater à Street Fighter IV par un japonais, ça n’a pas de prix.

Après le Red Bull…

… le Macaron Boule.

Ou selon la prononciation japonaise, « Macalone Boulou ». Au moins après avoir mangé ça on peut dire qu’on a une boule dans la gorge. Ou l’estomac en boule *ba dum psh

Expérience stéréoscopique

 
Ceci n’est pas un jeu des sept différences…

Voici une tentative d’expérience visuelle : fixez un point le plus lointain possible entre ces deux images, et vous devriez voir l’image en trois dimensions, et ce sans porter de lunettes rouge et bleu ridicules ! C’est beau la magie de la technologie. Et pour les flemmards, enregistrez ces deux images et faites-les défiler le plus vite possible. Si vous ne mourrez pas d’une crise d’épilepsie, vous devriez voir l’image en trois dimensions de cette manière également.
Pour le moment, cette expérience a fourni des résultats concluants sur un échantillon représentatif de une personne. Aucun effet secondaire n’a été remarqué jusqu’alors, si ce n’est une tendance à tout répéter, et une tendance à tout répéter.

Edit 2011 : Comme quoi j’étais en avance sur mon temps, Avatar (et la folie des films en 3D relief) n’étant sorti que 6 mois plus tard.